MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

L'Afrique du Nord

 

Les armées musulmanes envahirent l'Afrique dix ans après la mort du prophète Mahomet en 632 et vinrent à bout de la résistance byzantine qui s'effondra.


Les Arabes soumirent ensuite les États berbères de l'ouest, atteignirent l'Atlantique puis s'établirent en Espagne , VIIIe siècle.

 Christianisées superficiellement, les populations urbaines de la côte nord-africaine embrassèrent l'islam, plus valorisant, à leurs yeux, que la religion byzantine trop lointaine, à laquelle se référait une administration corrompue.

 De nombreux groupes berbères retranchés dans le massif de l'Atlas et au-delà du Sahara résistèrent à la mainmise des conquérants.

Les minorités arabes s'appuyant sur ces convertis, établirent des principautés en Algérie et au Marocétablissant de l'Indus à l'Atlantique un grand ensemble commercial où les marchands pouvaient circuler et échanger leurs produits en toute liberté grâce à une monnaie d'or, le dinar.

La logique poussa ces derniers à développer le commerce transsaharien pour accéder au royaume du Ghanaqui avait établi sa notoriété sur l'exploitation des mines d'or du Haut- Sénégal- Niger

Au Soudan oriental, les États chrétiens furent conquis,  seul le royaume chrétien de Nobatia fut assez fort pour résister aux envahisseurs et signer un traité qui lui permit de rester indépendant pendant six cents ans.

Le long de la côte orientale, les commerçants arabes de Mascate et d'Oman, prenant la suite des commerçants indiens du Gujarat, fondèrent des comptoirs , VIIIe siècle, qui connurent la prospérité et la paix jusqu'à l'arrivée de Vasco de Gama, au début du XVIe siècle.


Le commerce transsaharien s'établit à partir du VIIIe siècle. Les caravanes et les propagandistes musulmans propagèrent les valeurs politiques, religieuses et sociales de l'islam.

Mais eurent peu de prise sur les populations noires animistes jusqu'à l'arrivée des Almoravides, qui entreprirent de mettre la main sur le commerce de l'or et d'islamiser la région par la force en lançant une guerre sainte contre les païens XIe siècle.


Plusieurs dynasties se développèrent en
Afrique du Nord Almoravides, Almohades, Idrissides, Fatimides en Tunisie puis enÉgypte

Au XIVe siècle, le Soudan resté chrétien fut submergé par les armées des mamelouks d'Égypte. Les Turcs ottomans conquirent l'Égypte en 1517 et, en l'espace de cinquante ans, établirent un contrôle nominal sur la côte nord- africaine.

Toutefois, le véritable pouvoir restait aux mains des mamelouks, qui régnèrent sur l'Égypte. Les Éthiopiens furent submergés par les armées du sultan d'Adal, mais, en 1542, ils repoussèrent les musulmans avec l'aide des Portugais conduits par le fils de Vasco de Gama.

L'Afrique Occidentale

Informations supplémentaires