MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

La République dominicaine

 

La République dominicaine est un pays de la  Caraïbe. Elle occupe environ les deux tiers de l'île d'Hispaniola, en mer de la  Caraïbe, Haïti occupant le tiers ouest de l'île. L'espagnol est la langue officielle de ce pays qui compte environ 9,2 millions d'habitants.

Nom du pays

Le nom de République dominicaine a été institué par la constitution de 1844 qui commence ainsi ,   Les députés des peuples de l'ancienne partie espagnole de l'île de Saint-Domingue décrètent. Son origine se trouve dans le nom de la capitale, Saint-Domingue, Santo Domingo en espagnol, lui-même tiré de saint Dominique de Guzmán.

La République dominicaine n'a pas d'appellation officielle courte. Cependant, il en existe plusieurs officieuses /

  • La Dominicaine  , sur le modèle de la République argentine  qui a donné l'  Argentine ,  cette appellation est peu usitée en français mais l'on trouve plus facilement ses équivalents anglais ,  Dominican  et espagnol Dominicana ,

  •  Saint-Domingue , par extension du nom de la capitale du pays, puisque c'est le substantif duquel dérive dominicaine . Ce nom a cependant aussi été utilisé dans le passé pour désigner la colonie française qui occupait le tiers occidental de la même île dite Hispaniola et à laquelle a succédé la République d'Haïti ,

  • La Dominicanie , terme surtout utilisé par les Haïtiens et qui date de l'occupation haïtienne.

Histoire

Parvenu au pouvoir le 23 février 1930 suite à un coup d'État, le despote Rafael Leónidas Trujillo Molina régna sans partage jusqu'à son décès. Il changea le nom de la capitale du pays Saint-Domingue,  en Ciudad Trujillo, s'appropria au bénéfice de lui-même et sa famille la majeure partie des terres arables.

 Son régime fut marqué par la répression, l'usage de la torture et le meurtre politique. En 1937, il ordonna le massacre de 15.000 Haïtiens. Dès août 1960, l'Organisation des États américains, OEA,  imposa des sanctions diplomatiques à son encontre estimant qu'il était complice dans la tentative d'assassinat du président vénézuélien Rómulo Betancourt.

 Le 3 août 1960, Joaquín Balaguer Ricardo, qui depuis 1935 avait été à divers titres au service du régime Trujillo, devint président constitutionnel  fantoche au service de Trujillo.

 Au bénéfice de sa position au sein de l'appareil d'État, il réussit à prendre le pouvoir à la suite de l'assassinat le 30 mai 1961 de Trujillo La Fiesta del chivo. Il fut néanmoins rapidement renversé.

La première élection libre depuis près de quarante ans porta au pouvoir Juan Bosch, chef du Parti révolutionnaire dominicain, PRD. Celui-ci fut à son tour renversé par un coup d'État militaire.

Très rapidement la situation devint confuse, condition qui se solda par une occupation en avril 1965 des forces armées des États-Unis. Cette confusion est usuellement mise en relation avec le fait que Bosch était perçu comme procastriste.

Balaguer remporta les élections de juin 1966 et fut, aux termes d'élections fortement influencées par la violence politique d'État au service d'une dictature, réélu en 1970 et en 1974.

En 1978 Silvestre Antonio Guzmán Fernández, candidat du Parti révolutionnaire dominicain, PRD , fut élu. Il laissa la place en 1982 à Salvador Jorge Blanco, également membre du PRD.

Balaguer retrouva un pouvoir de moins en moins dictatorial suite à l'élection présidentielle de 1986, et fut réélu en 1990 et en 1994. Cette dernière élection aux résultats serrés fut, aux dires des observateurs internationaux, suffisamment entachée d'irrégularités pour que seulement deux ans plus tard, la constitution soit modifiée et de nouvelles élections organisées.

Celles-ci conduisirent à l'élection du candidat du Parti de la libération domicaine , PLD , centre-droit,  Leonel Fernández Reina, âgé de 43 ans.

En 2000 c'est le candidat PRD , membre de l'international socialiste,  Hipólito Mejía Domínguez, opposé, d'une part, à Danilo Medina, candidat du PLD , Leonel Fernández ne pouvant se présenter pour un second mandat au vu de la constitution , et, d'autre part, à Balaguer, candidat du Parti réformiste social chrétien , PRSC ,  conservateur , qui accéda au pouvoir.

 Balaguer, âgé de 93 ans, obtint plus de 24 % des voix et manqua de peu la possibilité de provoquer un deuxième tour.

Balaguer décéda le 14 juillet 2002, mettant ainsi fin à son implication dans une très longue transition vers la démocratie.

Hipólito Mejia, candidat après une modification de la constitution lui permettant de se présenter pour un second mandat, perd l’élection présidentielle de 2004 au profit de Leonel Fernández.

Aux élections législatives du 16 mai 2006, le PLD, parti de Leonel Fernández, obtient des électeurs dominicains une majorité au Sénat et à la Chambre des députés.

Leonel Fernández est réélu président de la République lors des élections du 16 mai 2008.

Politique

Comme son nom l'indique, ce pays est une république de type présidentiel. Toutes les personnes de plus de 18 ans peuvent voter, de même que les personnes mariées, quel que soit leur âge. En revanche, les policiers et les militaires ne peuvent pas voter.

Le pouvoir exécutif est représenté par un président et un vice-président élus pour un mandat de 4 ans. L’élection présidentielle se déroule chaque année multiple de quatre , 2008, 2004, 2000, à la date du 16 mai.

Le pouvoir législatif est exercé par le Congrès national de la République dominicaine, composé de deux chambres ,  le Sénat et la Chambre des députés. Le Sénat compte 32 sièges et la Chambre des députés, 178.

Les élections législatives sont organisées toutes les années paires non divisibles par quatre, au suffrage direct.

Subdivisions

La République dominicaine se divise en 31 provinces, plus la capitale, Santo Domingo, qui occupe le District National.

Géographie

Saint-Domingue la capitale et plus grande ville, est la plus ancienne ville de la Caraïbe et du Nouveau Monde. Santiago de los Caballeros est la deuxième plus grande ville.

Le relief de La République Dominicaine est très varié, avec 5 massifs montagneux, des hauts plateaux, des forêts tropicales humides et touffues donnant naissances à de nombreux cours d’eaux et lacs, des vallées verdoyantes, des régions très arides et désertiques. Le pays est traversé par trois chaînes montagneuses principales/

- au nord, la cordillère Septentrionale évoluant jusqu'à une altitude de 1.249 m entre Puerto Plata et Santiago.

- au centre par la cordillère Centrale, la plus importante des Antilles, avec les cinq plus hauts sommets de la  Caraïbe , le Pico de Duarte , 3.098 m, le Loma La Pelona , 3.076 m, le Loma Rucilla , 3.029 m, , le Loma de la Viuda , 2.802 m,  et Yaque , 2.760 m.

- au sud la Sierra de Bahoruco avec un maximum de 815 m au nord de Higüey.

Au sud-ouest, le lac salé, Enriquillo, est à 44 mètres au-dessous du niveau de la mer, le point le plus bas du pays.

Le littoral dominicain s'étend sur 1633 km, de la côte Atlantique au nord, à la mer des Caraïbes au sud, avec près de 600 kilomètres de plages, dans un cocktail parfait d’eaux cristallines et de sable fin.

De nombreux parcs nationaux, pour une randonnée comme le parc national Armando Bermúdez ou en bateau comme le parc de Los Haïtises, à travers les mangroves.

Les cinq principaux aéroports accueillant de nombreux touristes en provenance d'Amérique du Nord et d'Europe sont situés à Saint-Domingue, Punta Cana, Puerto Plata, La Romana et El Catey à Samana.

Économie

L'économie est principalement dépendante de l'agriculture et du tourisme. Le tourisme prend une importance croissante depuis les années 1990.

 Le tourisme représente plus d'un milliard de dollars et les envois des expatriés, principalement des États-Unis, représentent 1,5 milliard de dollars , 2000,  Le tourisme et les envois de l'étranger constituent tous deux d'importantes sources de devises.

En 1999, le PIB a augmenté de 8,3% et l'inflation a atteint 5%.

En 2003 et 2004, le pays a connu, sur fond de divers scandales dont celui de la banque BANINTER, une grave crise financière conduisant à une forte dévaluation du peso dominicain , dont la parité est passée d'environ 16 pesos dominicains pour un dollar américain à 50 pesos dominicains pour un dollar américain , une inflation importante et une crise de l'endettement.

 Cette crise financière s'est accompagnée d'une baisse considérable du niveau de vie des habitants.

Le changement d'administration à la suite de l'élection présidentielle de 2004, au terme de laquelle le président sortant n'a pas été réélu, a redonné confiance aux intervenants internationaux, l'année 2004 se terminant par un rebond du peso dominicain , 28,5 pesos dominicains pour un dollar américain.

 En 2005 et 2006, le pays a renoué avec une forte croissance, la situation macroéconomique paraissant stabilisée.

La canne à sucre, avec la distillation du rhum, et le tabac font aussi partie de la culture dominicaine. Plus de 50% du tabac en République dominicaine est produit à Villa Gonzalez, petite commune d'environ 30 000 habitants , 2002 ,  située dans la Cibao, qui représente de ce fait la capitale du tabac dominicain.

Démographie

La population s'élève à 9 650 054 habitants , 2009.

Environ la moitié des habitants vivent dans les zones rurales, une grande partie d'entre eux sont des petits propriétaires terriens , 2000.

Les Haïtiens constituent le groupe d'étrangers le plus important. Le catholicisme est la principale religion.

En 2000, le taux de croissance était de 1,64 %, le taux de natalité 25,15 naissances par 1 000 habitants, le taux de mortalité 4,72 par mille habitants et le taux de fécondité était de 3 enfants par femme.

Beaucoup ont émigré aux États-Unis d'Amérique depuis les années 1960, notamment Washington Heights à New York est surnommé les hauteurs Quisqueya.

De nombreux Dominicains sont descendants d'esclaves africains. Les disparités de richesse sont très fortes et les européens , descendants d'Espagnols,  sont de loin les plus riches tandis que les afro- dominicains et les Métis , mélange d'Indiens tainos, Africains et Espagnols,  occupent généralement le bas de l'échelle sociale. Néanmoins, le métissage a été très important.

Culture

La tumba, la bachata et le merengue sont des styles musicaux originaires de la République dominicaine. Le carnaval en République dominicaine a encore des caractères d'originalité.

Le baseball est un sport populaire. La République dominicaine fournit, devant le Japon, le plus grand nombre de joueurs étrangers au championnat professionnel de baseball de la Ligue majeure de Base-ball aux États-Unis.

Carnaval en République dominicaine, 27 février.

Fête nationale , 27 février

Informations supplémentaires