MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

La situation à la haïtienne

 

Un observateur nous faisait remarquer à juste titre qu’aucun dirigeant de haut niveau de l’ex puissance coloniale ( chef d’état ou de gouvernement, premier ministre en exercice) n’avait foulé le sol hïtien depuis 1804, et pour cause…

Dans la période tourmentée des années 1790, les révolutionnaires n’avaient pas pour autant abandonné l’idéal impérialiste en mettant en œuvre à l’intention notamment des colonisés d’alors et pour l’avenir, le concept de la république une et indivisible

Ce fut donc un crime de lèse-majesté relevé à l’encontre de ces habitants de Saint Domingue qui avaient défié ce concept en arrachant les armes à la main leur souveraineté au prix de lourds sacrifices humains, après avoir vaincu un puissant corps expéditionnaire napoléonien.

Du reste l’Etat colonial devait faire payer lourdement ce revers à la jeune nation haïtienne en lui imposant pendant plus des trois quart du 19 me siècle le remboursement d’une dette équivalant chaque année au tiers du budget de cet Etat, pour prix de son indépendance.

Chacun aura compris les causes du défit actuel de Haïti dans différents domaines dont tout a été mis en œuvre par les Occidentaux pour apporter la preuve que l’homme noir en général était incapable de s’assumer sans l’aide des autres.

Ainsi donc la situation africaine actuelle est en tous points identique à celle de Haïti, à la différence que trop de pays de ce continent ont bénéficié d’indépendance octroyée, assortie d’accords bilatéraux en matière de défense notamment, les plaçant dans l’impossibilité de prendre en charge le destin collectif de l’Afrique.( lire dans Dossier Le temps de l’Action, Au nom de tous les miens

Les exemples sont d’actualité, inutile d’en faire état.

Et pourtant ce contexte ne doit pas et ne devra pas perdurer, au nom de tous nos miens pour l’avenir et la dignité du Monde Nègre.

Léonce Lebrun

Additional information