MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

 L'arroseur... arrosé

 

Katrina, Rita, quel que soit le nom du prédateur météorologique et demain un réveil brutal de la faille de San Andréa en Californie, Etats-Unis…

… la nature a frappé d’une façon déterminée, pour rappeler aux uns et aux autres que les puissants de ce Monde n’étaient pas à l’abri d’une disparition brutale…

… Programmée bibliquement, comme les grandes cités de jadis, tel que Pompéi, Italie

Qu’on se rassure la puissance économique de l’oncle Sam pourra lui permettre de s’en sortir de ce mauvais pas dans l’immédiat…

… En faisant payer notamment par son déficit chronique, les autres territoires de la Planète

Mais à l’occasion de ce drame, les médias de notre pays de résidence n’ont pas hésité d’une façon maladroite à mettre en exergue la misère de la minorité afro-américaine…

…  davantage touchée par les intempéries, certes, il faut rappeler cependant qu’aucun spécialiste de la météorologie n’avait prévu de cyclone d’une telle intensité.

Ce qui a permis à la presse américaine de riposter à juste titre, en rappelant que dans certains pays de l’Europe de l’ouest…

… Les afro caribéens  n’étaient pas mieux traités. lire dans -archives chroniques- -De l'autorité de la chose jugée-

Effectivement, dès lors qu’à la même période des incendie criminels ont détruit des dizaines d’êtres humains sans soulever une réprobation générale au -pays des droits de l’homme-

… dans ces conditions il est difficile de donner des leçons d’humanisme , aux autres...

Léonce Lebrun

Additional information