MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Marc PULVAR... 1936-2008

 

marc pulvar

Marc Pulvar, né le 25 avril 1936 et mort le 3 février 2008, est un syndicaliste et nationaliste martiniquais. Il fut aussi professeur de mathématiques. Et est le père de la journaliste Audrey Pulvar

Après des études de mathématiques, Marc Pulvar enseigne à l'Institut martiniquais d'études (IME), une école privée qu'il crée 

avec Edouard Glissant. Toutefois, ses activités syndicales et politiques l'accaparant de plus en plus, il délaisse par la suite l'enseignement pour des cours particuliers .

En 1962, il devient membre de l’Organisation de la jeunesse anticolonialiste de la Martinique et signataire du Manifeste de l'OJAM  -La Martinique aux Martiniquais -, placardé dans toute l'île les 23 et 24 décembre 1962,...

 

...notamment avec Joseph René-Corail  Kokho , Rodolphe Désiré, Renaud de Grandmaison, Henri Pied et Hervé Florenl est l'un des fondateurs et le secrétaire général de la Centrale syndicale de Travailleurs Martiniquais -CSTM-, premier syndicat indépendant des organisations françaises, créé en 1974 à la suite de la répression de la grève du Chalvet.

 

Avec Alfred Marie-Jeanne, Lucien Veilleur et Garcin Malsa, l'homme crée en 1973 le mouvement- La Parole au Peuple , qui devient en 1978 le Mouvement indépendantiste martiniquais –MIM-, organisation qui revendique le droit à l'autodétermination du peuple martiniquais et dont il sera le secrétaire général et l'inspirateur de la ligne politique.

 

Après s'être mis en 1977 à l'étude du droit pour pouvoir défendre les travailleurs, Pulvar devient un expert redouté par le patronat au Conseil des prud'hommes, gagnant le surnom de - Monsieur Auroux - en raison de sa connaissance intime des lois Auroux sur le droit du travail.

 

Marc Pulvar est aussi connu pour son engagement en faveur de l'environnement

 

Il meurt des suites d'un cancer dans la nuit du dimanche 3 février 2008 au CHU de la Meynard en Martinique à l'âge de 72 ans

Il est enterré dans le cimetière de Rivière-Salée

Additional information