MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Mortellement blessé, s’achève pour moi le voyage, conséquence et comme suite probablement à une dénonciation anonyme, notre quartier général a été attaqué en pleine nuit, par des hommes lourdement armés, dépendant du corps expéditionnaire pour la Caraïbe…

Touché en pleine poitrine par une rafale, une des balles est allée fracasser ma colonne vertébrale, malgré l’urgence des soins, et toute la détermination de nos médecins appelés en catastrophe, le diagnostique est sans appel…

C’est la fin d’une grande aventure, une épopée de légende… Notre Commandant ne verra pas le crépuscule ce jour…

Ainsi le temps pour moi est compté, et donc mon dernier message sera recueilli et diffusé grâce à la diligence de mon fidèle et loyal aide- de- camp, ce jeune et brillant Officier supérieur, le Lieutenant- colonel Jules Albani...

…sorti major de sa promotion de l’Ecole interarmes de Saint Cyr…

…ancien stagiaire de la célèbre Académie militaire de West Point (Etats-Unis) spécialiste de la guérilla urbaine, qui a rallié la Rébellion nationaliste caribo-martiniquaise à ma demande expresse…

Quand l’heure est venue de partir, il faut laisser la Planète sans amertume, conscient que le destin vous a conduit vers un idéal accompli, et puis en poursuivant cette vie terrestre je serais gravement handicapé, à la charge de tiers…

Ah la vie, cette chienne de vie, de la naissance à ce morceau d’acier mortel, qui m’a fait passer du paradis à l’enfer, de l’enfer au paradis, toujours en mouvement au service de l’autre, pour une cause…

Je ne regrette rien, et si c’était à refaire j’accomplirais ma mission dans les mêmes conditions de dangerosité, une mission exaltante confiée par le Haut Commandement de nos Forces, suivant la délégation du Gouvernement Provisoire de la Martinique en exil à Kinston –Jamaïque-…

A mes hommes, je leur dis de continuer le combat jusqu’à la victoire finale, c’est le prix à payer pour la Liberté…

A mes amis, adieu, adieu à ma famille, que les uns et les autres me pardonnent ce départ brutal, mais on se reverra, on se reverra, car je crois en l’Eternité…

… je crois à cette vie éternelle qui me dit que l’Homme est doté d’un mécanisme trop perfectionné, pour connaître une existence écoulée au cours d’un laps de temps aussi court dans notre Univers.

Adieu…

Léonce Lebrun

Additional information