MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Extrait de l'acte 3 de Fenêtre de tir

 

 

Et en rédigeant tout cela je me pose ces éternelles questions … pourquoi….pourquoi… 

Pourquoi, la pensée politique d’Aimé Césaire, n’a pas envahi l’espace territorial caribéen de la Guadeloupe (dépendances) la Martinique, et l’espace sud américain, la Guyane… 

Pourquoi, Frantz Fanon n’a pas pris la tête dans le années 1950  d’un mouvement insurrectionnel armé à la Martinique, qui aurait sans nul doute modifié le destin politique de ce territoire. 

De telles perspectives n’étant pas évidentes, ces hommes ne sont pas en cause, car l’Histoire a entrepris depuis longtemps son œuvre de destruction mentale et de dépersonnalisation par le jeu pervers de l’Assimilation, qui porte toujours ses fruits en plein XXI è siècle… 

Dans ce contexte, il est aisé d’ expliquer le désastre politique du 10 Janvier 2010 à la Martinique et la Guyane...

 

...ce camouflet sans précédent infligé à notre Humanité en quête de Liberté, par des peuples sous tutelle, qui ont refusé en temps de paix et par référendum, de s'en sortir par le  haut, sans crise et insurrection armée. 

 

Une fenêtre de tir proposée par la puissance coloniale, les autorisant à repenser leur avenir au titre d’un esprit de responsabilité, de rigueur et de compétence...

 

...dans la gestion et au service des affaires publiques, sans remettre en cause les fondamentaux institutionnels impérialo- colonialistes, et ces fameux droits acquis… 

Notons au passage que le résultat n'aurait été guère différent à la Guadeloupe, en se réfèrant au sort réservé à la consultation de Décembre 2003...

 

...portant sur l'adoption d'une assemblée unique, en lieu et place du Conseil Général et du Conseil Régional.

 

Et donc sans entrer dans le détail je vous propose de revisiter l’Histoire de nos peuples pour tenter de comprendre les avatars de ces temps contemporains...

 

...en évitant les problématiques sociétales, ainsi que les épineuses questions touchant l’éthique la déontologie d’un point de vue individuel et collectif...

 

...les relations inter caraïbéennes et nos rapports avec les communautés africaines. 

Lorsqu’en  Mai 1802, Napoléon Bonaparte, Premier Consul à vie à l’époque, décide de balayer les dispositions du Décret d’Abolition de Février 1794...

Léonce Lebrun

Additional information