Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer  la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants...

 

...par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’Esclavage à la Guadeloupe...

 

...une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque...

 

...malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines,...

 

...arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804.

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Haïti, 2004, un rendez-vous manqué

 

Toute nation, tout peuple a besoin de symbole fort, de repère dans le temps pour faire le point utilement sur son passé, examiner et faire le bilan de sa situation du présent, pour arrêter les grands axes qui lui permettront de se projeter vers un meilleur avenir.

Il va s’en dire que pour Monde Nègre en général avec le continent africain, et Haïti en particulier, 2004 était une échéance idéale pour le bilan de leur souveraineté à vraie dire pas très brillante pour les uns et les autres.

Pour Haïti, noyé depuis des années dans un marasme économique et social sans fin, que seules les conditions inacceptables imposées par le colonisateur vaincu, pour jouir de son indépendance peuvent expliquer en partie cette problématique.

En faite pour fallait à l’Occident, en prenant Haïti pour exemple, démontrer que les Nègres seraient incapables de gérer leurs propres affaires.

S’agissant de l’Afrique, divisée en de multiples petits états hérités du partage de 1885, et de la période coloniale, il était évident que ce continent n’avait les armes nécessaires pour affronter les durs combats politiques diplomatiques et économiques de notre ère moderne.

 alors même qu’elle dispose de richesses extraordinaires pour jouer en tant que nation souveraine, un rôle de premier plan dans la cour des grands, une perspective que sans doute ils redoutent après cette entrée fracassante de la Chine.

Cette analyse n’avait pas échapper à Lebrun, qui dès Février 2001, créait et mettait en ligne un site Internet  sous le nom de domaine de AFCAM Afrique, Caraïbe, Amérique, tout un symbole avec pour objectif avéré, de contribuer au rapprochement de toutes les composantes du Monde Nègre

Dans ce cadre, la grande retrouvaille de Haïti  aurait servi de rampe de lancement pour ce grand dessein.

Du reste dès Mars 2003 Léonce diffusait ses propositions dans le document intitulé Le temps de l’Action toujours d’actualité dont le contenu devra toujours inspiré les hommes de demain qui auront une certaine idée de l’Afrique...

 Malheureusement ce grand rendez de Port au Prince n’aura pas lieu, résultat de sombres machinations diplomatiques dépassant l’Etat haïtien, non élucidées de nos jours, et qui aura vu la présence d un seul responsable exécutif africain pour honorer l’invitation officiel de ce gouvernement.

En fait l’actualité a été alimentée pour cette période par la perspective de l’évolution du statut administratif des territoires caribéens  de la Martinique et la Guadeloupe, avec le regroupement des instances , générale et régionale en une assemblée unique.

Une proposition que Léonce avait avancé à la rue Oudinot , siège du secrétariat d’état outre mer dès Septembre 1981 et dont  une loi votée par le Parlement, devait in fine être rejetée par le Conseil Constitutionnel,

Ce projet soumis aux populations par voie de référendum le 7 Décembre 2003 fut rejeté par le deux territoires pour des motifs bien différents, et Lebrun qui était présent dans la Caraïbe pour cet évènement, partisan de l’abstention, ne fut pas surpris par le résultat.

En raison de la teneur d’un texte plein d’ambiguïté découlant de la Constitution de 1958, et sans doute pour le peu d’enthousiasme que mirent certains élus  en faveur  de son l’adoption par les électeurs, pour des motifs qui n’ont pas échappés aux observateurs indépendants

Les années de renouveau

Additional information

viagra bitcoin buy