Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race, suite et fin

 

La France est la Nation championne de toute catégorie dans l’utilisation d’un vocabulaire qui jette le discrédit sur les communautés minoritaires de ce pays les éloignant du centre de gravité sociétale qu'est la SOLIDARITE des peuples

 

Aissi donc on relève les entrants..Communautarisme séparatisme qui attaquent de front le monde musulman les Africaine et autres afrodescendants, et le dernier arrivé… « Privilège blanc » qui ouvre la porte à toutes les exactions raciales perpétrées par les identitaires très nombreux en cette terre française.

 

Mais alors pourquoi vouloir supprimer le mot Race dans le langage populaire et les écrits alors que les expressions, Noir, Blanc font les beaux jours de la presse, marquant une différence très nette entre les individus, faisant la part belle à la race précisément indo européenne.

 

Car la France semble oublier que les troubles de nos jours sont la conséquence d’un passé peu glorieux…

 

…qu’on se rappelle qu’en 1945 elle fut sauvée de justesse de la domination allemande grâce à une mobilisation mondiale entraînant de millions de morts, qui eut dû entrainer de la modestie dans sa diplomatie… 

 

…Car dès la fin de la guerre elle se livrait à des luttes colonialistes contre des peuples qui revendiquaient leur liberté, entre autre l’Indochine et l’Algérie.

 

Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que jus qu’à le moitié du 20ème siècle la France exerçait une tutelle sur plus de 110 millions non pas de citoyens mais des indigènes aux droits réduits…

 

…qu’après la période dite de décolonisation, elle a conservé les territoires dits outre mer qui lui vaut d’occuper deux tiers des océans, avec de revenus conséquents.

 

Alors il ne faut perdre de vue que toutes les mémoires ne sont pas courtes…

 

…que demain sur le sol français on sera confronté aux commandos libyens syriens et autres en guise de représailles dont le peuple en souffrira à cause du peu des discernement de ses dirigeants passés et présents.

 

Mais quoiqu’il en soit, il y aura toujours des Nègres des Asiatique les Latinos de indoeuropéens, qui font partie intégrante de la Race Humaine 

 

Hymne de CUBA, Ile de la CARAIBE

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

 

Les Etats-Unis d'Amérique

 

 

 

 

Géographie

 

Les États de l'Alaska et du Texas sont plus grands que la France. Situés en Amérique du Nord, les 48 États d'un seul tenant ,appelés parfois , Mainland , ou , États-Unis continentaux , dont la forme évoque un pentagone s'étirent sur quatre fuseaux horaires. 4 500 km séparent la côte atlantique à l'est et la côte pacifique à l'ouestIl faut parcourir 2 500 km pour relier le Canada au Mexique.

 

Les États-Unis possèdent 12 034 km de frontières terrestres 8 893 km avec le Canada ,dont 2 477 km avec l'Alaska, 3 141 km avec le Mexique et 28 km avec Cuba ,base navale de la baie de Guantánamo. La longueur totale des côtes américaines est de 19 924 km.

 

L'ensemble Missouri-Mississippi parcourt plus de 6 000 km dans le Mainland, l'équivalent du cours de l'Amazone en Amérique du Sud.

 

Les deux derniers États fédérés sont Hawaï, un archipel volcanique de l'océan Pacifique Nord, et l'Alaska, à l'ouest du Canada. Au nord-est de la Caraïbe, l'île de Porto Rico est un territoire non incorporé.

 

Le point culminant du pays, le mont McKinley ,6 194 mètres, se trouve en Alaska. Hors Alaska, le principal sommet est le mont Whitney en Californie ,4 421 mètres.

 

L'altitude la plus basse est celle de Badwater dans le parc national de la vallée de la Mort en Californie - 86 mètres.

Population

80 % de la population est indoeuropéenne, 12 % est afroaméricaine, les Asiatiques sont 3 %, les Indiens 1 %. Le protestantisme est la religion dominante, 57 %, 28 % de la population est catholique, 2 % juive. On recense également 6 millions de musulmans et 19000 bouddhistes.

Les Etats- Unis ont un taux de croissance annuel relativement faible, 0,8 %. L’indice de fécondité est de 2,05 enfants par femme.
 Le taux d’urbanisation atteint 77 % en 2000. Parmi les principales agglomérations de ce vaste pays, New-York et Los Angeles sont d’importants centres économiques et financiers.

Chicago, Houston, Philadelphie et San Diego sont également des villes fortement industrialisées. Washington la capitale politique, regroupe les fonctions administratives.

Détroit est réputée pour son industrie automobile, Dallas pour son pétrole et ses activités , high tech ,  Pittsburgh attire de nombreux sièges sociaux, tandis que Miami est une ville touristique.

Du recensement, à la date du 1er avril 2010, la population résidente des États-Unis se chiffrait à 308 745 538.

 

La population américaine a augmenté de 27,3 millions, soit 9,7 %, depuis le recensement de 2000. La croissance démographique annuelle est de 0,89 %. L'indice de fécondité en 2012 est de 1,88 enfant par femme.

 

Le nombre d'immigrés clandestins est estimé à 12 millions de personnes, soit 4 % de la population totale. En 2006, 1,27 million d'immigrés ont reçu une carte de résidence légale. Le Mexique est leur premier pays d'origine depuis deux décennies suivent, depuis 1998, la Chine, l'Inde et les Philippines

 

En 2009, les cinq États les plus peuplés étaient la Californie ,environ 37 millions d'habitants, le Texas environ 25 millions, l’État de New York ,environ 19,5 millions, la Floride ,environ 18,5 millions, et l’Illinois ,environ 13 millions.

 

Sept États avaient une population inférieure à 1 million d’habitants , par ordre décroissant, le Montana, le Delaware, le Dakota du Sud, l’Alaska, le Dakota du Nord, le Vermont, et le Wyoming, qui constitue l’État le moins peuplé avec moins de 550 000 habitants .

 

Finalement, le recensement de 2000 montre que les dix États les plus peuplés abritent 54 % de la population, tandis que 3 % de la population réside dans les dix États les moins peuplés. En 2000, le Sud ,100,2 millions d’habitants, soit 36 % de la population,et l’Ouest ,63,2 millions d’habitants, soit 22 % de la population,rassemblaient plus de la moitié de la population totale.

 

Ils sont aujourd’hui plus peuplés que le Nord-Est ,53,6 millions d’habitants, soit 19 % de la population, centre historique du peuplement et de la révolution industrielle. Depuis les années 1950, on observe un déplacement du centre de gravité du pays depuis le Nord-Est ,qui abritait 26 % de la population en 1950, vers le Sud-Ouest.

 

Ce sont en effet les États de l’Ouest et du Sud qui enregistrent la plus forte progression démographique. Ainsi, entre 1980 et 1990, 54,3 % de la croissance démographique nationale s’est faite au bénéfice des trois États de Californie, de Floride et du Texas.

 

Cette tendance a perduré entre 1990 et 2000, le taux de croissance de l’Ouest ayant été de 19,7 % et celui du Sud de 17,3 % tandis qu’il s’établissait à 5,5 % dans le Nord-Est , le Texas est désormais plus peuplé que l’État de New York.

 

Entre 1990 et 2000, pour la première fois, tous les États américains ont vu leur population augmenter, au premier rang desquels le Nevada. Comme au cours de la décennie précédente ,+ 42 %, il a de nouveau enregistré le taux de croissance le plus important ,+66 %. L’Arizona, le Colorado et l’Utah affichent des croissances atteignant plus de 30 %.

 

Structure par âge, estimation 2011 ,

 

0-14 ans , 20,1 % ,hommes , 32,1 millions, femmes , 30,8 millions ,

 

15-64 ans , 66,8 % ,hommes ,104,4 millions, femmes , 104,8 millions ,

 

+ 65 ans , 13,1 % ,hommes , 17,8 millions, femmes , 23,4 millions.

 

La démographie des États-Unis diffère, sur certains points, de celle des autres pays industrialisés et développés .

 

Ils sont le premier pays d'immigration du monde , en 1991, ils ont accueilli plus de 1,8 million d'immigrants et, en 2005, ils comptent officiellement 36 millions d'habitants nés à l'étranger, soit 12,4 % de la population.

 

La natalité y est plus forte et dynamique que dans les autres pays riches.

 

Ils sont au troisième rang des pays les plus peuplés, derrière la Chine et l'Inde.

 

Un tiers environ des habitants se réclament aujourd'hui d'ancêtres appartenant à une minorité.

 

Il existe une cinquantaine d'agglomérations de plus d'un million d'habitants.

 

Onze ou douze millions de clandestins travailleraient aux États-Unis, provenant essentiellement d'Amérique latine.

Histoire

 Les premiers habitants des Etats-Unis sont des Indiens, descendants de populations asiatiques qui ont franchi le détroit de Bering il y a près de 30000 ans. Mais cette population est largement décimée par les conquistadors, qui débarquent à partir du XVIe siècle.

Les guerres pour la conquête du Nouveau Monde et les maladies contagieuses importées d’Europe entraînent une véritable hécatombe. De1775 à 1783, c’est la guerre d’indépendance. Le Congrès continental vote la déclaration d’indépendance le 4 juillet 1776.

En 1783, un traité signé à Versailles reconnaît l’existence de la république fédérée des Etats-Unis et règle l’ensemble des différends coloniaux. Thomas Jefferson, élu en 1801, rachète la Louisiane à la France.

Puis en 1819, sous la présidence de Monroe, la Floride est rachetée a l’Espagne. En 1846, la guerre américo-mexicaine aboutit à la conquête du Nouveau-Mexique. En 1848, le président James Polk annexe la Californie. Les tensions vont croissant entre Etats esclavagistes et Etats abolitionnistes.

L’élection d’Abraham Lincoln abolitionniste modéré, à la présidence en 1860 précipite la sécession des Etats du sud. La guerre de Sécession éclate en 1861. Malgré leur infériorité numérique, les Nordistes prennent rapidement le dessus.

Les troupes du général sudiste Robert Lee capitulent en 1865. Aux lendemains de la guerre de Sécession, les Etats-Unis connaissent un développement économique sans précédent.

Mais le krach boursier de 1929 entraîne le pays dans la dépression. C’est la Seconde Guerre mondiale qui va contribuer au rétablissement du pays. Le chômage disparaît avec la mobilisation de milliers d’Américains.

 Les 2 décennies de l’après-guerre correspondent à l’apogée de l’Empire américain. Sous les présidences de Truman et d’Eisenhower, le pays se lance dans une politique d’endiguement des menaces d’expansion communiste, blocus de Berlin, 1948, guerre de Corée, 1950-1953, affaire de Suez , 1956.

La présidence du démocrate John Kennedyest marquée par l’émancipation des Afro-américains et la guerre du Vietnam. Le conflit, très meurtrier, ne s’achève qu’en Avril  1975. Succède alors l’ère du doute. La classe politique souffle du scandale du Watergate.

Avec son implication dans la guérilla antisandiniste au Nicaragua et son intervention militaire à la Grenade, en 1983, Ronald Reagan restaure le prestige de la présidence.

 Son successeur, George Bush, délaisse cependant les affaires intérieures au profit de la politique internationale , guerre du Golfe, intervention en faveur de la paix au Proche-Orient.

Bill Clinton, élu en 1992, puis réélu en 1996, s’implique dans la signature de l’accord de paix israélo-palestinien en 1995 et a également une part de responsabilité dans la fin du conflit yougoslave , signature des accords de Dayton en 1995.

 En dépit des excellents résultats de l’économie enregistrés pour son mandat, Bill Clinton a été discrédité par le Monicagate, affaire dans laquelle il a frisé l’impeachement.

Georges W. Bush a été élu président dans des conditions de scrutin contestables, lors des dernières élections , fin 2000. Le président de la République fédérale des Etats-Unis est élu pour 4 ans et n’est rééligible qu’une fois. La constitution, plusieurs fois amendée, date de 1787.

Le 11 septembre 2001, les États-Unis sont victimes d'une vague d'attentats  qui font près de trois mille morts. Washington est depuis engagé dans une guerre en Afghanistan puis en Irak.

En 2004 Georges W. Bush est réélu à la présidence des États-Unis face au démocrate John Kerry. Les conservateurs voient leur domination confortée au Congrès ainsi qu'à la Cour suprême, ce qui renforce la victoire du président Bush.

Le bilan de la guerre en Irak est de plus en plus lourd plus de 3 000 soldats tués en trois ans et mobilise l'opinion publique en 2006. Georges W. Bush et sa politique sont désavouée par les Américains lors des élections de mi-mandat, remportées par les démocrates.

Barack Obama élu sénateur en novembre 2004, déclare sa candidature à l’investiture démocrate pour la présidence des États-Unis le 10 février 2007 à Springfield.

  Il remporte les primaires face à Hillary Clinton et est officiellement désigné candidat lors de la convention de son parti à Denver, le 27 août 2008.

Après avoir remporté avec 52,9 % des voix et 365 grands électeurs, le 4 novembre 2008, l'élection présidentielle contre le républicain John McCain, Barack Obama entre en fonction le 20 janvier 2009.

Sa présidence intervient dans un contexte de guerre en Irak, et en Afghanistan, de crise au Moyen-Orient, d'une importante récession de l'économie américaine et de crise financière et économique mondiale.

Guatémala

Additional information

viagra bitcoin buy