Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Le" privilège blanc".

 

Comme je l’ai rappelé précédemment, la France  est championne toutes catégories du vocabulaire conduisant à des tensions touchant les minorités ethniques résidant dans ce pays

 

Il y a eu d’abord le Communautarisme, dont on attend toujours  les explications approfondies des Pouvoirs publiques portant   sur les communautés visées, et la dangérosité de se rassembler pour défendre leurs intérêts en application des règles définies par la loi du Premier juillet 1901 sur les Associations.

 

Puis a fait son apparition le Séparatisme faisant l’objet d’une loi débattue au sein des assemblées institutionnelles, qui s’adresse maladroitement au monde musulman...

 

...responsable du déficit de tranquillité, dont le Pouvoir s’arroge le droit de s’immiscer dans la fonctionnement des règles du Coran...

 

...malgré le mécontentement des fidèles de cette Religion, contrairement à la séparation de l’Etat et des Eglises dans un strict respect de la laïcité.

 

Oui mais le « nouveau monde » s’autorise un comportement anticonstitutionnel sous prétexte de « liberté d’expression » et de défense des fondamentaux de la République.

 

Mais de qui se moque t-on pour installer l’idée qu’à peine 5 à 10% d’une population est capable de renverser un régime par la force ou la voie des urnes.

 

Avant des poursuivre nous touchons le cœur du débat avec un régime bourgeois et monarchique menacé de perdre ses privilèges par quel que groupe organisé, maghrébin, africain ou afro descendant

 

Et nous voilà plongés dans un univers inconnu avec la consécration officielle du concept « privilège blanc »...

 

...rejoignant l’expression américaine de « suprématie de la race blanche » un exercice périlleux dans sa formulation...

 

...mais non dénoncé par aucun homme politique de quel que bord.

 

Alors l’Exécutif peut brandir la menace d’une violence ascendante dans la population de la France de nos jours...

 

...mais ça ne peut être que des déclarations électoralistes, car il a tout fait pour mettre la pression sur les minorités par son concept anxiogène de « privilège blanc » ...

 

...qui en tout état de cause est adressé au bénéfice de la population indo- européenne majoritaire dans ce pays.

 

Car avec le temps passe « les chiens de font pas des chats » et pour comprendre le jeu du groupe français désigné « Génération identitaire » et son fondement, revisitons l’Histoire... 

 

...nous sommes en 1791à Haïti (ex Saint Domingue) colonie française dans la Caraïbe...

 

 

...la colère des esclaves monte en puissance, la panique est installée dans le camp des colons français...

 

...la Convention met un terme à l’Esclavage en 1794  ce qui pousse tous ces possesseurs d’esclaves (Saint Domingue, Guadeloupe, Martinique) à un exode massif en direction des Etas Unis d'Amérique

 

Ils s’installent dans le sud de ce pays et seront  les fervents  soutiens, partisans engagés à côté des Confédérés...

 

...en conflit avec le Gouvernement fédéral, farouchement opposés contre l’abolition de l’Esclavage touchant les Africains.

 

Mais avec la fin de la guerre civile en 1865 et l’écrasement des confédérés par les troupes de L’Union fédérale...

 

...ces sudistes n’ont pas abandonné leur conviction de suprématie blanche ...

 

...en créant un clan dénommé KU KLUX KLAN, féroce et hyper raciste.

 

Et ramenons ce débat en France nous observons que le groupe dénommé » Génération identitaire » est ni plus ni moins que...

 

... les mutants du KU KLUX KLAN avec la même conception raciale vis-à-vis des étrangers non indo européens.

 

Ils ne sont pas nombreux certes,  mais bien organisés,très agressifs et appelés à se développer....

 

...avec l’apport de cette doctrine gouvernementale qu’est « le privilège blanc »

 

Dans ce cas, le communautarisme a un long avenir dans ce pays...

 

...car avec ces hommes dont la stratégie de l’écrevisse  conseillée par Grand -mère ...

 

...doit être remplacée par la charge du rhinocéros avec intelligence mais  sans faiblesse.

 

https://www.youtube.com/watch?v=c13q2wYZr_0

Bibliographie sur L'Esclavage

 

 

Histoire à lire/

 

Janine Alexandre-Debray, Victor Schoelcher ou la mystique d’un athée , Perrin, 352 p., 13, 72 €.

Elisabeth Badinter, Condorcet : un intellectuel en politique : 1743-1794, LGF, 749 p., 7, 90 €.

Henri Banjou, La Révolution et l’Esclavage à la Guadeloupe, 1789-1802 , épopée noire et génocide, L’Harmattan, 200 p., 17 €.

Yves Benot, La Révolution française et la fin des colonies ,1789- 1794, La Découverte, 280 p., 11 € , La démence coloniale sous la Révolution, La Découverte, 407 p., 24, 39 €.

Yves Benot et Marcel Dorigny, 1802 : rétablissement de l’Esclavage dans les colonies françaises , ruptures et continuités de la politique coloniale française 1800-1830 , aux origines de Haïti, Maisonneuve et Larose, 591 p., 35 €.

Jean-Pierre Biondi et François Zuccarelli, 16 pluviose an II : les colonies de la Révolution, Denoël, 200 p., 22, 87 € ;

Aimé Césaire, Victor Schoelcher et l’Abolition de l’Esclavage, Le Cappucin, 110 p., 20 € .

Augustin Cochin, L’Abolition de l’Esclavage. La Caraïbe après l’Abolition, 407 p., 14, 64 €.

Serge Daget, La répression de la traite des Nègres au XIX° siècle , l’action des croisières françaises sur les côtes occidentales de l’Afrique, 1817-1850, Karthala, 625 p., 34 € ,La traite des Nègres , bastilles négrières et velléités abolitionnistes, Ouest France, 299 p., 21, 34 € , Répertoire des expéditions françaises à la traite négrière illégale : 1814-1850, Université de Nantes, 650 p., 53, 36 €.

Serge Daget et François Renault, Les traites négrières en Afrique, Karthala, 237 p., 25 €.

Rodolphe Damon, Joseph Crassous de Médeuil , 1741-1793 , marchand, officier de la marine royale et négrier, Karthala, 256 p., 21 €.

Christian Delacampagne, Histoire de l’esclavage : de l’Antiquité à nos jours, LGF, 319 p., 6, 15 € ;

Marcel Dorigny et Bernard Gairol, La Société des Amis des Nègres, 1788-1799 , contribution à l’histoire de l’Abolition de l’Esclavage, Unesco, 429 p., 28, 97 €.

Maurice Ezran, L’abbé Grégoire, défenseur des Juifs et des Nègres : Révolution et tolérance, L’Harmattan, 204 p., 18, 30 €.

Claude Fauque et Marie- Josée Thiel, Les routes de l’Esclavage, Hermé, 192 p. ? 35 € ,

Moses I.Finley, Esclavage antique et idéologie moderne, Minuit, 216 p., 12, 35 €.

Claude Fohlen, Histoire de l’Esclavage aux Etats-unis, Perrin, 21, 50 €.

Gilberto Freyre, Maîtres et esclaves , la formation de la société brésilienne, Gallimard, 550 p., 11 e.

Peter Garnsey, Conception de l’Esclavage , d’Aristote à saint Augustin, Les Belles Lettres, 412 p., 29 € ;

Florence Gauthier, Périssent les colonies plutôt qu’un principe , Contributions à l’histoire de l’Abolition de l’Esclavage, 1789-1804, Société des Etudes robespierristes, 120 p., 21 €.

Chantal George, L’Abolition de l’Esclavage : un contrat pour les droits de l’homme , recueil de textes du XVIII° siècle à 1848, Complexe, 168 p., 14, 50 €.

Antoine Gisler, L’Esclavage dans la Caraïbe, XVI °-XVIII° siècles, Karthala, 224 p., 23 €.

Murray Gordon, L’Esclavage dans le monde arabe , VII°-XX° siècles, Robert Laffont, 265 p., 14, 48 € .

Patricia Gravall, L’Eglise et l’Esclavage, L’Harmattan, 138 p., 12, 20 €.

Jacques Heers, Les négriers en terres d’islam , la première traite des Nègres, VII°-XVI° siècles, Perrin, 313 p., 22 €.

Rita Hermann-Belot, L’abbé Grégoire, la politique et la vérité, Le Seuil, 306 p., 24, 40 €.

Léon-François Hoffmann, Le Nègre romantique , personnage littéraire et obsession collective, Payot, 308 p., 14, 64 €.

Georges Hourdin, L’abbé Grégoire , évêque et démocrate, Desclée de Brouwer, 160 p., 13, 26 €.

Peter Kolchin, Une institution très particulière , l’Esclavage aux Etats Unis , 1619-1877, Belin, 301 p., 21, 30 €.

 Julien J. Lafontant, Montesquieu et le problème de l’Esclavage dans L’Esprit des Lois, Naaman, 168 p., 15 €.

Maurice Lengellé, Art et histoire de la France créole , du Racisme à l’Abolition de l’Esclavage, Editions régionales de l’Ouest, 91 p., 30 € , L’Esclavage, Puf, Que sais-je . n°667, 126 p., 7, 50 € , L’Esclavage moderne, Puf, Que sais-je , n°3470, 128 p., 7, 50 €.

Bernard Lewis, Race et Esclavage au Proche-Orient, Gallimard, 264 p., 32, 01 €.

Edmond Maestri, Esclavage et abolition dans les îles de l’océan Indien ,1723-1860, systèmes esclavagistes et abolitions dans les colonies de l’océan Indien, L’Harmattan, 456 p., 38 €.

Mario Maestri, L’Esclavage au Brésil, Karthala, 196 p., 19 €.

Claude Meillassoux, Anthropologie de l’Esclavage, PUF, Quadrige, 384 p., 12 €.

Jean Meyer, L’armement nantais dans la 2° moitié du XVIII° siècle, Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, 2 volumes, 470 p., 49 € , Esclaves et Négriers, Découvertes Gallimard, 160 p., 13 € , L’Europe et la conquête du monde XVI°-XVIII° siècles, Armand Colin, 368 p., 28, 50 €.

Patricia Motylewski, La Société française pour l’Abolition de l’Esclavage ,1834-1850, L’Harmattan, 230 p., 18, 30 €.

David Pesci, Amistad , les mutins de la liberté, J’ai lu, 270 p., 6, 80 €.

Gisèle Pineau, Femmes de la Caraïbe , traces et voix cent cinquante ans après l’Abolition de l’Esclavage, Stock, 262 p., 21, 34 €.

William Owens, Les mutinés de l’Amistad, Grand Caractère, 536 p,  29, 58 € 

Bernard Plongeron, L’abbé Grégoire et la République des savants, CTHS, 302 p., 12 €.

Pierre Pluchon, Toussaint Louverture, de l’Esclavage au pouvoir, Ecole des Loisirs, 408 p., 11, 50 € , Toussaint Louverture , un révolutionnaire Nègre d’Ancien Régime, Fayard, 654 p., 25 € ; Nègres et Juifs au 18° siècle , le Racisme au siècle des Lumières, Tallandier, 316 p., 13, 72 € , La route des esclaves , Négriers et bois d’ébène au XVIII° siècle, Hachette Littérature, 312 p., 13, 11 €.

François Renault, L’Abolition de l’Esclavage au Sénégal , l’attitude de l’administration française ,1848-1905, Geuthner, 107 p., 2, 90 €.

Alain Roman, Mes ennemis savent que je suis Breton…La vie d’Ohier de Grandpré, marin de Saint-Malo ,1761-1846, , les étonnants voyages d’un capitaine négrier, écrivain, géographe, agent recruteur, archéologue, repris de justice, polyglotte, inventeur, fonctionnaire des impôts, Cristel, 247 p., 21 €.

P.Rinchon, Pierre-Ignace-Liévin Van Alstein, capitaine négrier, Gand 1733, Nantes 1793, IFAN, 542 p., 12, 81 €.

Louis Sala-Molins, L’Afrique aux Amériques , le code noir de l’Esclavage espagnol, PUF, 192 p., 21 € , Le Code noir ou le calvaire de Canaan, Puf, 292 p., 10 €.

Eric Saugera, Bordeaux port négrier , chronologie, économie, idéologie, XVII°-XVIII° siècles, Karthala, 382 p., 28 €.

Nelly Schmidt, Abolitionnistes de l’Esclavage et réformateurs des colonies , 1820-1851, analyse et documents, Karthala, 1196 p., 54 € , Victor Schoelcher ,1804-1893, Fayard, 23 €.

Jean-Pierre Tardieu, De l’Afrique aux Amériques espagnoles, XV°-XIX° siècles ,utopies et réalités, L’Harmattan, 222 p., 18, 30 €.

Christiane Taubira-Delannon, L’Esclavage raconté à ma fille, Bibliophane, 165 p., 16 €.

Hugh Thomas, The Story of the Atlantic Slave Trade , 1440-1870, Simon & Schuster, 912 p., 21, 51 €.

Jacques Thibau, Le temps de Saint Domingue. L’Esclavage et la Révolution française, Lattès, 384 p., 22, 87 €.

Françoise Vergès, Abolir l’Esclavage , une utopie coloniale, les ambiguïtés d’une politique coloniale, Albin Michel, 229 p., 18, 390 €.

Bernard Vincent, Amistad : les mutins de la liberté, L’Archipel, 270 p., 18, 29 €.

Claude Wanguel, La France et la première Abolition de l’Esclavage (1794-1804) , le cas des colonies orientales , île de France , Maurice, et la Réunion, Karthala, 724 p., 40 €.

Eric Williams, Capitalisme et Esclavage, Présence africaine, 352 p., 25, 34 €. 

 

Textes de l’époque/

 

Henri Bernardin de Saint Pierre, Voyage à l’île de France , un officier du roi à l’île Maurice : 1768-1770, La Découverte, 272 p., 7, 62 €.

Louis-Edouard Bouet-Willaumez, Commerce et traite des Nègres aux côtes occidentales d’Afrique, Slatjkine, 242 p., 60 Francs suisses.

Théodore Canot, Confessions d’un négrier , les aventures du capitaine Poudre-à-canon, trafiquant en or et en esclaves -1820-1840_, Payot, 266 p., 9, 76 €.

Jean Antoine Nicolas Condorcet, marquis de Caritat, Réflexions sur l’Esclavage des Nègres, L’Harmattan, 90 p., 11 €.

Louis Garneray, Le négrier de Zanzibar, voyages, aventures et combats, Payot, 308 p., 8, 54 €.

Olympe de Gouges, L’Esclavage des Nègres, Indigo et côté femmes, 140 p, 12, 50 €. 

Abbé Henri Grégoire, De la littérature des Nègres, Perrin, 312 p., 21, 34 €.

Alexandre Moreau de Jonnes, Recherches statistiques sur l’Esclavage colonial et les moyens de la supprimer, Slatkine, 290 p., 60 Frs suisses.

Joseph-Elézéar Morenas, Précis historique de la traite des Nègres et de l’Esclavage colonial, contenant l’origine de la traite, ses progrès, son état actuel et un exposé des horreurs par le despotisme des colons, Slatkine, 423 p., 50 francs suisses.

Joseph Mosneron-Dupin, Moi, Joseph Mosneron, armateur négrier nantais (1748-1832), Apogée, 240 p., 18, 29 €.

La Révolution française et l’Abolition de l’Esclavage , textes et documents, Edhis, 228, 67 €.

Guillaume Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des deux Indes, La Découverte, 378 p., 27, 44 €.

Victor Schoelcher, Des colonies françaises , abolition immédiate de l’Esclavage, Editions du CNRS, 443 p., 13, 72€ .

Jean-Louis et Isabelle Vissière, La Traite des Nègres au siècle des Lumières : témoignages de Négriers, Métaillé, 192 p.,  7, 62 €.

Alexandre Stanislas de Wimpffen, Haïti au XVIII° siècle , richesse et Esclavage dans une colonie française, Karthala, 324 p., 23 €.

 

Romans et fictions/

 

Alex Haley, Racines, J’ai lu, 730 p., 10 €.

Joyce Annette Barnes, Amistad, Pocket Jeunesse, 128 p., 4 €.

Madison Smart Bell, Le soulèvement des âmes, Actes Sud, Babel, 769 p., 13 € , Le maître des carrefours, Actes Sud, 950 p., 29, 50 €.

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, L’île des esclaves, Gallimard, 3 € ,

Patrick Chamoiseau, L’esclave vieil homme et le molosse, Gallimard, 146 p., 4, 10 €.

Barbare Chase-Riboud, Le nègre de l’Amistad, Albin Michel, 360 p., 18, 30 €.

Edouard Corbière, Le négrier, Ancre Marine, 279 p., 23 €.

Alexandre Dumas, Georges, Editions 1, 400 p., 15, 24 €.

Jean-Pierre Gourmelon, Les crins du négrier, Terre de brume, 253 p., 18, 14 €.

Frances Mary Hendry, Les enfants du négrier, Milan, 320 p., 6 € .

Victor Hugo, Bug Jargal, Pocket, 286 p., 3, 69 €.

Jean Lainé, Le bateau négrier, Ancre de Marine, 351 p., 15 €.

Prosper Mérimée, Tamango, Magnard, 3, 50 €.

Tony Morrison, Beloved, 10-18, 379 p., 7, 20€.

Harriet Beecher Stowe, La Case de l’Oncle Tom, Hachette Jeunesse, 379 p., 5, 50

 

Voir/

 

Amistad , 1997, de Steven Spielberg, avec Djimon Hounsou, Matthew McConaughay, Morgan Freeman.

Autant en emporte le vent , 1939, de Victor Fleming, avec Clark Gable, Vivian Leigh, Olivia de Haviland.

Beloved ,1998, de Jonathan Demme, avec Oprah Winfrey, Dannie Glover et Kimberly Elise.

La case de l’Oncle Tom ,1963, de Geza Radvanyi, avec O.W.Fischer, Mylène Demongeot, Herbert Lom, Juliette Gréco.

L’esclave libre ,1960, de Raoul Walsh, avec Clark Gable, Yvonne de Carlo et Sidney Poitier.

Esclaves ,1969, de Herbert Biberman avec Ossie Davis, Stephen Boy et Dionne Warwick.

Le dernier négrier ,1937, de Tay Garnett avec Warner Baxter, Wallace Beery et Elizabeth Allan.

Roots ,Racines, de Marvin J.Chomsky et David Greene, avec LeVar Burton, Louis Jr Gosset, John Amos, Madge Sinclair.

Spartacus ,1960, de Stanley Kubrick avec Kirk Douglas, Laurence Olivier, Tony Curtis, Jean Simmons.

West Indies ,1979, de Med Hondo avec Robert Liensol, Roland Berin, Toto Bissainthe, Hélène Vincent.

 

Visiter /

 

1)   Maison de la Négritude et des droits de l’Homme,

 24, Grande Rue, BP1, 70290 Champagney. Tel/fax , 03 84 23 25 45 , mail , This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

Ouverture .

Du 1er avril au 31 octobre ,du mercredi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h, le mardi et le dimanche de 14h à 18h.

Du 1er novembre au 31 mars , du mardi au samedi de 13h30 à 17h30. Visite guidée sur RDV.

 

Tarifs /

Individuels : adultes 3 € , enfants, étudiants gratuit,

 Groupes à partir de 10 personnes et possesseurs de la carte Cezam 2 € /personne ( scolaires gratuit).

 

2)     Maison Abbé Grégoire,

place de l’Abbé Grégoire, 54370 Emberménil. Tel , 03 83 71 20 56 ou 03 83 71 20 57.

 

Ouverture /

De mi-mars à mi-novembre, les dimanches et jours fériés de 14h30 à 18h30.

Toute l’année sur réservation au 03 83 71 20 56 ou au 03 83 71 20 57 , tel/fax.

 

Tarifs :

Individuels : adultes 3 €, jeunes de 10 à 14 ans 1 €, gratuit pour les moins de 1 ans.

Groupes , 10 personnes et plus 2 €/personne.

 

3)    Maison Schoelcher,

Musée de la Hardt, 13, rue des Seigneurs, 68740 Fessenheim.

Ouverture , de 14h à 18h les samedis, dimanches et jours fériés de juin à septembre.

Visite guidée ,  Fessenheim, un village de la Hardt et son histoire , et ouverture de la maison Schoelcher possibles sur RDV. Écrire à Histoire  Patrimoine - Les Amis de Schoelcher, Maison Schoelcher, Musée de la Hardt, 13, rue des Seigneurs, 68740 Fessenheim.

 

4)  Fort de Joux

Office du tourisme de  Pontarlier, 14 b, rue de la Gare, 25300 Pontarlier. Tel , 03 81 69 47 95. Fax : 03 81 69 53 11.

Site internet , www.chateaudejoux.com

 

Ouverture .

Avril, mai, juin, septembre, octobre .

De 9h45 à 11h45 et de 14h à 16h30.

Juillet et août .

De 9h à  18h.

 

Autres mois .

Visites à 10h, 11h30, 14h30 et 16h.

Groupes sur RDV, possibilités de visites en anglais et en allemand.

 

Tarifs .

Individuels : adultes 5, 50 €, enfants 2, 60€, étudiants/scolaires 4, 50 €.

 

Groupes .

Adultes , à partir de 20 personnes 4, 50 €/personne

Enfants , à partir de 10 personnes 2, 50€/personne.  

                             

Sites internet/

www.chateaudejoux.com , Le site internet du château de Joux.

www.ville-pontarlier.fr/abolition/menu.php Le site officiel du parcours de la route des abolitions de l’esclavage.

www.gensdelacaraibe.org.

www.amadoo.com.

www.afrik.com.

www.afcam.org 

 

Sites internet des communautés originaire de l’Afrique et de la Caraïbe

www.rfi.fr , site de Radio France Internationale

www.assemblee-nat.fr/dossiers/esclavage.asp-8k.

Texte et débats de la Loi du 21 mai 2001 sur la  reconnaissance de la Traite négrière et de l’Esclavage comme crime contre l’humanité . Projet de la  route de l’esclave  de l’Unesco , www.unesco.org

https://www.youtube.com/watch?v=E8wrhnUCD98

 

Additional information

viagra bitcoin buy