MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Le populisme

 

L’étranger qui débarque  ne sait pas où se situer dans ce pays ,la France, avec une telle division  disparate de sa population, allant du communautariste au dihadiste, du républicain à l’islamiste radicalisé, du gauchiste à l'ultra-droite, de l'orléaniste au bonapartiste, du terroriste au populiste...  

…bref avec un tel attelage humain peut-on parler de « vivre ensemble », un discours   habillé  de manipulation idéologique

 

Précisément parlons du populisme, un concept qui a fait son apparition dans le domaine médiatique, mettant dangereusement en scène la qualité des personnes, avec d’un côté ceux qui gouvernent et dirigent 

 

… de l'autre, la masse des citoyens  se pliant aux injonctions d’un système suivant la couverture de la démocratie

 

Mais dès qu’un besoin  de changement se fait sentir  par des manifestations violentes, les médias affidés au Pouvoir politique, ont baptisé ce mouvement de populisme, un qualificatif  péjoratif ô combien insultant…

 

…  car il s'avère sous-entendu que le peuple n’ayant pas droit au bouleversement institutionnel, est considéré comme dépourvu d’intérêt…

 

… il lui est concédé  un droit de vote qui l’autorise à s’exprimer périodiquement en vertu des règles de la démocratie, un mode de fonctionnement que n’avait pas prévu l’auteur de l’esprit des lois…(Montesquieu)

 

… il en ressort que  comme le spécifiait en son temps un éminent homme politique disparu…

 

… le citoyen vote le Dimanche et vaquière à ses occupations le Lundi…

 

Mais ce modèle ne peut plus perdurer et exige le respect de chacune et chacun en conformité avec l'esprit républicain.

 

Car les élites aux affaires politiques depuis des lustres ont  montré leurs failles et faiblesses…

 

…En effet prenons le cas de l’Occident, avec le XXème siècle le Monde a connu  deux guerres sanglantes provoquées par les politiciens au Pouvoir...

 

...alors que ce sont les paysans et autres ouvriers au front, qui ont payé lourdement les conséquences de leurs ambitions irresponsables....

 

...que du reste en l'espèce il ne peut être exigé du citoyen un quelconque patriotisme, et l'on comprend mieux ces désertions massives des époques en cause dans les rangs de l'Armée, qu'à postériori j'approuve totalement.

 

Et depuis 1945 malgré le plus jamais ça, des peuples ont senti durement les comportements colonialistes et impérialistes des gouvernements successifs de certaines Nations de l'Occident...

 

...vis à vis des Etats de l'Ouest africain, de l'Algérie de Madagascar de l'Indochine et des territoires dits outre-mer.

 

Enfin j'observe en ce qui concerne la France, que le peuple a été volé  de sa colère de 1789… en faisant confiance à des clans antirévolutionnaires. 

 

…que depuis l’ avènement de la République  sous la domination d’une Bourgeoisie féroce et arrogante…

 

… tous les mouvements populaires ont été écrasés par la force ou la ruse.

 

Mais les soubresauts actuels entrevoient de nouvelles perspectives pour les populistes…

 

Alors, pour ces intouchables, dure sera la chute… allons nous vers le crépuscule des dieux...

 

...en tout cas ces personnages devraient retenir que les cimetières sont remplis de gans indispensables ( Clémenceau)

 

La résistance guadeloupéenne

 

Africains, Maghrébins, Musulmans, habitants des cités, la résistance des Guadeloupéens est la nôtre!

 
Nos frères et sœurs guadeloupéens sont mobilisés depuis un mois. La vague de protestation qui a commencé en Guyane, touche la Martinique et s’étend à la Réunion.
 
 
Quelle que soit l’évolution dans les jours et les semaines à venir, la force de la mobilisation actuelle en Guadeloupe aura des conséquences en profondeur.
Elle inaugure un nouveau cycle de luttes et de politisation dans l’ensemble de ces colonies appelées Dom Tom qui fait écho au renouveau des résistances de l’immigration et des quartiers populaires, marqué notamment par les puissantes révoltes dans les banlieues, les mobilisations de sans-papiers.
 
 
La lutte pour la mémoire historique de la déportation des africains en Amérique, le combat contre l’islamophobie, ou, plus récemment, l’immense mobilisation de solidarité avec Gaza qui a vu des centaines de milliers des nôtres descendre dans les rues de Paris, de Lyon, de Marseille mais aussi de Pointe à Pitre, de Fort de France ou de Saint-Denis de la Réunion.

 

Qu’on ne s’y trompe pas. Contrairement à ce qu’on peut entendre dans de nombreux partis et organisation de la gauche française, la grève en Guadeloupe n’est pas un simple prolongement des luttes syndicales au sein de l’Hexagone, suscité par l’aggravation des inégalités économiques.

 

Elle est également une protestation contre la permanence des inégalités raciales, produites par la colonisation. Comme les Nègres, les Arabes et les Musulmans qui vivent en  France , les populations opprimées dans ces colonies dites d’outre-mer se mobilisent contre un Pouvoir blanc toujours aussi arrogant.

 

Les originaires de cet outre-mer sont dits « français depuis 4 siècles » et, pourtant, dans leur écrasante majorité, ils continuent d’être traités comme des indigènes.

 

Et s’ils sont touchés de plein fouet par le libéralisme économique débridé, c’est parce qu’ils font également l’objet d’une politique coloniale au bénéfice conjoint de multinationales françaises et de la caste des européens et autres békés.

 

Non, le colonialisme n’appartient pas au passé ! L’entreprise coloniale se poursuit aujourd’hui, comme le montre l’exemple flagrant de l’occupation illégale de Mayotte, poursuivie depuis 1975 à l’encontre des résolutions de l’ONU, et que la France s’apprête à départementaliser.

 

Au sein même de l’Hexagone, la grande masse des populations originaires d’outre-mer est victime de discriminations raciales, reléguée dans les banlieues, cantonnée au bas de l’échelle de la fonction publique, dépourvue de représentation politique réelle, niée dans sa mémoire historique et ses identités culturelles.

 

Sur l’essentiel, leur statut est le même que celui de toute population issue de l’immigration d’origine coloniale. Parce que nous sommes noirs, arabes ou musulmans, nos droits sont bafoués, notre dignité est écrasée, nos cultures sont méprisées, notre citoyenneté est de pure forme.

 

En France comme dans les départements et territoires d’outre-mer, nous menons tous un même combat contre le colonialisme, contre l’enfermement dans des races sociales et son cortège d’inégalités et de discriminations.

 

Les autorités françaises saisissent le prétexte des violences de la nuit passée pour réprimer le mouvement de mobilisation en Guadeloupe. Déjà, un militant de la CGTG, membre du collectif LKP, a été tué par une balle. Déjà quatre escadrons supplémentaires de gendarmes mobiles débarquent.

 

Il est donc plus urgent que jamais que l’ensemble des mouvements, organisations et associations de l’immigration et des quartiers populaires se rassemblent pour manifester massivement leur solidarité avec les luttes de nos frères et sœurs de Guadeloupe et du LKP.

Honneur et respect, force et courage

Kembé rèd, pa moli

Additional information