Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer    la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants, par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’esclavage à la Guadeloupe, une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque, malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804;

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Gbagbo : "Ma vision pour l'Afrique"

 

Un gouvernement pour l'Afrique

 

Une intervention intéressante du Président de la Côte d'Ivoire à propos de l'avenir de l'Afrique dans LE COURRIER D'ABIDJAN

Gbagbo : "Ma vision pour l'Afrique" C'est une interview du président Laurent Gbagbo qui est presque passée inaperçue dans la sphère francophone.

Et pour cause : elle a été publiée début avril dans un (très pertinent) mensuel panafricain basé à Londres, New African . Pourtant, le numéro un ivoirien a dit des choses intéressantes face au dictaphone de la journaliste Ruth Tete.

S'il a martelé ses positions à propos des origines de la crise « un coup d'Etat qui a échoué et non un problème identitaire de fond », à propos des concepteurs de Marcoussis, dont l'objectif était de « dépouiller Gbagbo de tous les pouvoirs nécessaires pour gouverner effectivement », à propos de son plan de sortie de crise (qui n'était pas encore bouclé au moment de l'entretien), il a aussi évoqué des questions de fond liées au destin de l'Afrique et à ses relations avec le monde extérieur.

Le Président Ivoirien

En résumé, il explique que la crise ivoirienne lui a révélé un continent qui doute de lui-même et a peur d'avancer sur la route de la liberté ; mais qui est en pleine mutation et pourrait même devenir un recours pour un monde déchiré par diverses confrontations.

Abandonner les accords de défense avec la France pour créer des formules de sécurité collective africaine

Interrogé par Ruth Tete à propos de la France, dont certains disent qu'elle est le problème en Côte d'Ivoire et non la solution, Gbagbo répond diplomatiquement mais clairement : « Nous sommes une ancienne colonie française. A l'aube des indépendances, la France a signé des accords de défense avec ses anciennes colonies, mais aussi des accords de coopération militaire.

 J'étais dans la droite ligne de ces accords quand j'ai demandé à Paris, en tant que chef d'Etat ivoirien, de nous aider à repousser les rebelles en 2002. Mais la France n'a jamais accepté notre requête. Mais l'année dernière, comme nous l'avons vu au Tchad et en République centrafricaine, la France a accepté d'intervenir en faveur de certains gouvernements dans la ligne de ces mêmes accords de défense et de coopération militaire. A vous de juger. Cela ne nécessite aucun commentaire. »

Mais Gbagbo ne s'arrête pas à la dénonciation de ce « deux poids deux mesures ». Le chemin initiatique qu'a été la crise ivoirienne lui a visiblement permis de faire des constats et d'imaginer des solutions.

« Je pense que les Africains ont trop peur d'être libres. Ils ont la capacité d'être libres mais ils ignorent leur potentiel. Chaque pays africain francophone, par exemple, a des accords de défense avec la métropole (France), alors que nous pouvons signer les mêmes accords entre nous-mêmes, nous pouvons mettre en place des mécanismes de résolution de conflit nous-mêmes.

 La crise ivoirienne m'a révélé que les Africains se sous-estiment et n'ont pas confiance en eux. Le temps est venu pour les Africains d'avoir confiance en eux, de prendre leur destinée en main. Le temps est venu pour l'Afrique d'avoir des partenaires et non des maîtres. Et cela est possible ! »

Économie : comment l'Afrique peut se développer par elle-même Comment l'Afrique peut-elle sortir du piège qui fait d'elle uniquement une pourvoyeuse de matières premières pour les autres ? Gbagbo évoque des pistes de solution fondées sur la solidarité continentale .

« La Côte d'Ivoire est, par exemple, le premier producteur de cacao, mais nous contrôlons pas le marché du cacao. Ce n'est pas normal. Si l'Afrique introduisait une taxe sur la production de pétrole et de gaz pour créer un fonds de solidarité, nous pouvons réaliser beaucoup de grands projets. Mais les Africains préfèrent aller chercher de l'argent à la Banque mondiale et au FMI.

 Sur chaque baril de pétrole, nous pouvons mettre de côté 5 ou 10 dollars. Sur chaque tonne de cacao, café, sur le diamant, l'or, nous pouvons déduire des taxes pour créer une banque dédiée au développement de l'Afrique.

 Nous ne l'avons pas encore fait parce que nous n'avons pas confiance en nous, alors que dans les grandes institutions de financement dans le monde, ce sont les jeunes Africains qui sont à des postes de responsabilités. Ils sont bons pour gérer les fonds des autres mais quand vous leur demandez de mettre sur pied et de gérer un tel fonds pour les Africains, pour nous-mêmes, ils ne seront pas assez en confiance pour le faire. C'est la raison pour laquelle j'appelle les Africains à se réveiller . »

Le réveil de l'Afrique ? Dans dix ou quinze ans

Malgré ces constats, Gbagbo est visiblement assez optimiste pour le continent. Un continent qu'il voit en transition.

« Nous, Africains, souffrons aujourd'hui parce que nous sommes à la croisée des chemins. La première génération de leaders africains est sur la route de sortie. Ce sont les pères fondateurs des indépendances et leurs successeurs immédiats.

Mais la nouvelle génération de leaders n'est pas encore totalement arrivée au pouvoir, et donc nous sommes à un carrefour. Cela explique pourquoi nous avons souvent des frictions entre nous. Mais donnez à l'Afrique dix ou quinze ans, et vous verrez qu'avec le temps, l'Afrique parle d'une seule voix harmonieuse. »

Gbagbo imagine même l'Afrique, dans un futur plus ou moins proche, dans un rôle de stabilisatrice d'un monde fragmenté par des conflits de tout genre. « Quand je regarde devant, je vois des dangereuses confrontations entre les Etats-Unis et la Chine.

 Pour le moment, il s'agit de problèmes commerciaux et j'espère que ces antagonismes resteront commerciaux. Mais j'ai peur que demain ils se transforment en quelque chose d'autre. Je crois que les Africains pourraient jouer un rôle stabilisateur dans le monde au lieu d'être relégués dans un rôle de colonies. Les Africains ne sont pas suffisamment conscients de l'importance de leur rôle dans le monde . »

Certains observateurs affirment que, s'il est réélu, le président Gbagbo se donnera les moyens d'avoir une voix diplomatique forte, dans la droite ligne de la renaissance africaine . Est-il déjà en train de préparer cette inflexion, après être passé par le feu d'une guerre qui a duré près de cinq ans ? Le débat est ouvert.

Source : Théophile Koumao, Le Courrier d'Abidjan

Le NEPAD

Additional information

viagra bitcoin buy