MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Conflit dans la Caraïbe

 

Aux termes de trois semaines de conflit qualifié de grève générale, touchant les îles caribéennes de la Guadeloupe et la Martinique, deux territoires encore sous tutelle, alors que partout sur cette planète, y compris dans les Etats africains dotés d’indépendance octroyée, on hisse les couleurs en entonnant hymne avec fierté…à ce niveau la fierté ça se mérite

Alors dans ce contexte il m’a paru intéressant de transférer ce texte çi dessous, car à n’en pas s’en douter, ce mouvement qui devra avoir une fin, n’aura fait que renforcer le piège du ventre.

Soyons objectifs et honnêtes dans l’appréciation des observations, durant ce conflit personne n’aura dénoncé cette surconsommation touchant toutes les couches de cette population caribéenne, non compensée par une production autonome à caractère industriel, moyenne ou petite, une des carences léguées par le carcan colonialiste

Nul n’a remis en cause ce parc automobile excessif, dont sans doute la baisse du coût du carburant ne fera que renforcé, au détriment d’un oxygène de qualité..

En vain, ces 40% de vie chère, un privilège excessif de rémunération… pour compenser le coût surestimé des produits du marché, accordé aux salariés à statut, n’a été remis en cause, alors que toutes les parties concernées, pouvoir, syndicats, et autres institutions ne peuvent ignorer, ce lien de cause à effet entre cette surrémunération et la cherté de la vie dont toute personne se plaint à juste titre, en vérité une belle hypocrisie mais de qui se moque-t-on…

Mais le pire vient du domaine politique, qui place les élus de ces territoires à avoir recours à buana venu d’ailleurs pour résoudre nos problèmes…ils vont facilement à Canossa…trop facilement…

Et pourtant ces responsables d’exécutif que je connais presque tous ont la quasi dimension d’homme d’Etat pour assumer en Caraïbe, seulement il leur manque cette attitude de Nègre, ce comportement de Nègre,cette démarche de Nègre, pour gagner comme l’ex-Sénateur de l’Etat de l’Illinois..

Car mes frères, votre lieu de naissance en Afrique ou en Caraïbe ne fait pas de vous ipso facto des Nègres… le Nègre une qualité se mérite, qui se conquiert qui s’arrache, une posture entièrement à part… un combat permanent pour ces damnés de la terre…

Léonce Lebrun

Additional information