Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seu lpays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nos sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mai un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlant raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer    la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants, par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’esclavage à la Guadeloupe, une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque, malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804;

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Nicaragua

 

 

 

Géographie

 

Le Nicaragua est entouré par la mer de la Caraïbe à l'est, l'océan Pacifique à l'ouest, le Costa Rica au sud, et le Honduras au nord.

 

Il occupe une superficie de 129 494 km2 dont 120 254 km2 de terre. Le pays compte environ 5,8 millions d'habitants.

 

Le Nicaragua est un pays relativement montagneux. Les plaines côtières ,Caraïbe et Pacifique, s'élèvent progressivement vers la chaîne centrale ,sédimentaire, où culmine le Mogoton ,2 438 m.

 

Les plus hauts sommets se situent au nord, près de la frontière du Honduras. Le Sud du pays, à la frontière du Costa Rica, est marécageux.

 

Les plaines qui longent le Pacifique sont ponctuées de nombreux volcans, notamment ceux de la cordillère des Maribios, et accueillent les deux grands lacs du pays, le lac Nicaragua ,ou Cocibolba,et le lac de Managua.

 

Le lac Nicaragua compte plusieurs îles, dont l'île volcanique d'Ometepe et l'archipel des Îles Solentiname. Les lacs représentent environ 7 % de la superficie du pays.

 

Autour de ces lacs, des rivières qui les alimentent et des fleuves qui les traversent et le long de la côte Pacifique vit la majorité de la population, dans des vallées humides, sur les flancs de montagnes et sur les plaines sèches de brousse.

 

La partie est du pays, exposée aux fortes précipitations, ouragans et cyclones qui traversent régulièrement la mer de la Caraïbe, est très peu peuplée, sauf sur quelques ports de la côte atlantique et sur les îles de la mer de la Caraïbe.

 

Le pays est situé sur une zone tectonique active, et est souvent secoué par des tremblements de terre et des éruptions de ses nombreux volcans, dont 40 qui sont présentement en activités.

 

Le climat est tropical dans les basses terres, plus frais sur les plateaux. La côte caraïbe reçoit beaucoup plus de précipitations que la côte pacifique. La température globale du Nicaragua varie entre 28 et 33 degrés Celsius.

 

Population

 

 Au Nicaragua la population est composée en grande majorité de métis , 69 %. Les Hispaniques ne représentent que 17 %, les Africains 9 % et les Indiens 5  %.

La population hispanique de type européen comprend les descendants espagnols des conquérants, alors que les Africains sont les descendants des premiers esclaves introduits dans le pays.

 La population est en majorité urbaine , 56 %. Les villes principales sont Managua la capitale, Masaya et Chinandega.

 

Le premier recensement mené au Nicaragua date de 1778 avec une population dépassant à peine 100 000 habitants. Les chiffres officiels de l'Institut national de la statistique et du recensement donnaient pour 1906 501,849 personnes et, pour 1950 1 049 611.

 

Enfin le dernier recensement de 2005 donne un total de 5 142 098 habitants pour une densité de 42,7 habitants par kilomètre carré

 

La population du pays croît à un rythme de 1,8 % par an ,un des plus élevés de l'hémisphère nord. Cette forte croissance est due à un taux de naissance élevé de 24/1000 et une baisse du taux de mortalité à 4,5/1000, ce qui laisserait une croissance naturelle de 2,03 % par an.

 

Mais le taux de migration est nettement négatif, de sorte que la croissance de la population tombe à 1,8 % par an.

 

Globalement on estime de 1,5 à 2 millions le nombre de nicaraguayens qui vit à l'étranger, un grand nombre de façon clandestine. L'émigration a fortement augmenté depuis 1990 à cause de la pauvreté et du chômage.

 

Les Nicaraguayens sont parmi les populations d’Amérique Centralequi émigrent le plus aux États-Unis. Une partie importante de ce flux d'émigration traverse le Honduras le Guatemala puis le Mexique dans le but de gagner les États Unis.

 

Une émigration vers les autres pays d'Amérique centrale, notamment au Costa Rica, et le Mexique est mineure mais existante.

 

Selon le recensement effectué par l'INEGI en 2000, 2464 Nicaraguéens vivaient au Mexique soit 0,5 % de la population de ce pays se déclarant être née à l'étranger. Ce chiffre est certainement sous estimé en raison de la situation de sans papiers de nombreux Nicaraguayens.

 

La majorité de la population nicaraguayenne est composée à 69 % de métis ,mélange amérindiens et européens. Les 17 % d’européens  proviennent de l'immigration d'origine espagnole, allemande, italienne, portugaise et française.

 

Métis et européens résident principalement dans la région occidentale du pays et constituent donc 86 % de la population nicaraguayenne, soit environ 4,8 millions de personnes.

 

Environ 9 % de la population du Nicaragua est de race noire ou afro-nicaraguayenne et résident principalement sur la côte atlantique. Il s'agit des descendants des esclaves provenant de la Jamaïque alors que la région était sous protectorat britannique de fait.

 

Les 5 % restants sont les amérindiens, les descendants des peuples autochtones du pays. Le Nicaragua pré-colombien comportait de nombreuses tribus autonomes.

 

Dans la région les Nicarao, qui ont donné leur nom au pays, et de nombreux autres groupes sont proches par la culture et la langue des Mayas. La côte caraïbe du Nicaragua était habitée par des peuples autochtones du groupe Chibcha provenant d'Amérique du Sud , Miskitos, Sumos et Ramas.

Histoire

Des populations semi- nomades vivent d’abord dans la région. En 1521, le Nicaragua, envahi par les espagnols, est rattaché à la Capitainerie générale du Guatemala A partir de 1936, une dictature s’installe, soutenue par les américains et menée par, assassiné en 1956.

Il est remplacé par ses fils, puis par des membres de son clan jusqu’en 1979. Anticommunistes convaincus, les deviennent les garants des intérêts des Etats-Unis dans la région.

Mais, à partir de 1978, l’opposition s’unit et prend le pouvoir à travers un mouvement insurrectionnel dirigé par les membres du front sandiniste de libération nationale.

 En 1980, les modérés quittent le gouvernement qui se rapproche de plus en plus de Cuba Mais, dès 1983, les américains et les militaires soutiennent les contre-révolutionnaires, les  ,contras.

Finalement, en 1984, Daniel Ortéga, un sandiniste, est élu président. Il accorde dès 1987 des droits aux Indiens. En 1990, Violeta BarriosdeChamorro, candidate de l’opposition, est élue présidente et prône une politique de réconciliation.

En 1996, le candidat de droite, Arnoldo Aleman, remporte à son tour les élections présidentielles, contestées par Daniel Ortéga.

 

Le Nicaragua est une république présidentielle. Elle est conformée par quatre organes institutionnels /

 

le pouvoir exécutif ,président élu au suffrage universel

 

le pouvoir législatif ,Assemblée nationale, unicamérale

 

le pouvoir juridique ,a Cour suprême de justice, conformée par 16 juges élus par l'Assemblée nationale pour cinq ans

 

le pouvoir électoral ,Conseil suprême électoral ou CSE, conformé par 10 magistrats, dont 7 magistrats propriétaires et 3 magistrats remplaçants, les dix étant élus par l'Assemblée Nationale


entre des listes proposées par le président et les députés avec plus de 60 % des voix, pour cinq ans , les magistrats jouissent d'immunité du fait de leur fonction.

 

Quatre-vingt-douze députés siègent à l'Assemblée nationale.

 

Quatre- vingt-dix sont élus au scrutin proportionnel, les partis obtiennent une quantité de sièges à l'assemblée équivalente au pourcentage que le candidat présidentiel a obtenu aux présidentielles, 1 siège revient à l'ancien président, 1 siège pour le candidat présidentiel qui obtint la deuxième place à l'élection.

 

Le président est élu pour un mandat de cinq ans dès novembre 1994 avant l'amendement de novembre 1994, la Constitution de 1987 accordait un mandat de six ans au président.

 

Son président est l'ancien révolutionnaire sandiniste Daniel Ortéga élu au 1er tour de l'élection en novembre 2006 contre Eduardo Montealegre ,candidat de l'Alliance libérale. Les États-Unis d'Amérique ont réagi prudemment à la victoire de l'ancien marxiste.

 

Les États-Unis travailleront avec leurs dirigeants sur la base de leurs engagements et de leurs agissements en faveur de l'avenir démocratique du Nicaragua , a déclaré le porte-parole du Conseil de la sécurité nationale, Gordon Johndroe.

Les dirigeants vénézuélien Hugo Chávez et cubain Fidel Castro, se sont, quant à eux, félicités de cette victoire .

 

Panama

Additional information

viagra bitcoin buy