MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme (suite)

 

Ces éternelles questions qui sont posées à la classe politique toutes tendances confondues…

…qu’est ce que le communautarisme…

… en quoi ce mode de rencontre notamment culturel et fraternel peut-il mettre en danger les fondements de cette République version monarchique…

 

…quelles sont ces minorités ethniques qui sont l’objet de cet acharnement politico- médiatique que je subodore être les Africains les Caraïbéens les Maghrébins et autres musulmans(nes) …

 

…ces empêcheurs de tourner-en-rond…

 

…ces descendants du commerce triangulaire, de l’Esclavage et la Colonisation, dont la présence sur le territoire européen français, rappelle à son peuple, des heures sombres peu glorieuses…

 

…mais n’est pas visée la communauté hébraïque, de race indoeuropéenne, hyper organisée de grande solidarité, financièrement solvable et disposant d’énorme influence politique héritéeS des conséquences de la Guerre 1939-1940, malgré le nombre réduit de membres…

 

…à un moindre degré, la colonie arménienne que je connais bien…

 

…les békés de la Martinique, d'origine européenne, descendants des négriers d’antan, quoi que peu nombreux monopolisent toute l’économie du territoire, et vivent en état autarcique…

 

…les expatriées Français installés dans l’ouest du Continent africain, véritables missi dominici, servant de relais au système impérialo-néocoloniailme, ne se mélangent pas avec les autochtones africains.

 

Pour bien cerner cette problématique je vais exposer une affaire qui a concerné deux couples  ,l’une d’origine caraïbéenne et l’autre européenne –souchiste-…

 

Propos d’un membre du couple caraïbéen…

 

… « tu te rends compte Léonce, nous faisons tout pour être agréables et conviviales à nos voisins européens, invitations, offres, de nos spécialités culinaires…

 

… mis voilà depuis des années nous ne connaissons même pas la couleur de la moquette de leur salon… »

 

… « seulement si nous arrêtons ce mode de voisinage ce sont nos enfants qui en souffrirons par mesure de représailles »…

 

En fait c’est une affaire sociétale, dont connaissent des milliers de nos compatriotes, que je lui ai recommandé de s’en sortir de ce guêpier « servito-colonialiste »…

 

… et se rapprocher davantage de nos communautés caraïbéennes qu’il s trouverons de la solidarité, une vraie fraternité une, réelle convivialité…

 

…ai-je fait du communautarisme au sens politique du contexte actuel…

 

…oui, et je l’assume totalement

 

Car dans une société où ça craque de partout, identitaire par là, racisme anti blanc par ci ,la confiance vis-à-vis de nos hôtes européens est mise à rude épreuve…

 

… et ce n’est pas la charge brutale gouvernementale en direction de ses collaborateurs nationaux qui modifiera l’ordre des choses au regard d’une Nature têtue et vindicative….

 

…qu’avec le temps qui passe, les incohérences politiques des uns et la bêtise des autres, le Communautarisme est devenu une doctrine comme le Communisme et le Capitalisme…

 

…que les uns et les autres soutenus par des médias hyper affidés ne pourront pas éradiquer….

 

…vous avez dit listes communautaristes…ah bon …pour la suite.

https://www.youtube.com/watch?v=FGqMMpMkKXs&t=19s

 

Niger

 

 

Géographie

 
 
D’une superficie de 1267000 km², le Niger est formé par un vaste plateau en grande partie désertique, parsemé de nombreuses dépressions.

Le paysage est désertique au Nord , au Sud, la savane arborée domine. Seules les vallées sont fertiles. Le climat, de type tropical connaît de forts contrastes de températures.

C’est l’une des plus chaudes régions d’Afrique, avec 40°C en avril-mai.

La situation géographique du Niger fait de lui un carrefour d'échanges entre l'Afrique du Nord et l'Afrique au Sud du Sahara.

 

Situé en Afrique occidentale entre les parallèles 11°37 et 23°33 de latitude nord d'une part, et les méridiens 16° de longitude est et 0°10 de longitude ouest d'autre part, le Niger s'étend sur 1 267 000 km².

 

Il est le plus vaste des pays de l'Afrique occidentale et se classe 6e à l'échelle continentale après l’Algerie, la République démocratique du Congo, le Soudan, la Libye et le Tchad.

 

La plupart des villes importantes sont concentrées dans le sud du pays, le nord étant aride ,désert du Sahara.

 

Le territoire du Niger est constitué à 80 % du Sahara et du Sahel. Seule une bande au sud du pays est verte.

 

L'accès à l'eau est un problème pour une grande partie de la population, même si des châteaux d'eau arrivent petit à petit dans les villes.

 

Le désert progresse de 200 000 hectares chaque année. Les programmes gouvernementaux de reforestation se heurtent aux fréquentes sècheresses et à la demande croissante en bois et en terres agricoles.

 

Depuis 1990, la forêt a perdu un tiers de sa surface et ne couvre plus qu'un pourcent du pays.

 

Grâce au collectif de régénération naturelle gérée par les agriculteurs, plus de 5 millions d’hectares de terres au Niger présentent aujourd’hui des signes de régénération de la végétation en 2005 par rapport aux années 1970.

 

La dégradation des terres a été nettement réduite, l’érosion diminuée, la fertilité augmentée et la productivité agricole améliorée de façon spectaculaire.

 

Certains animaux, comme les éléphants, les lions et les girafes, sont en danger de disparition en raison de la destruction de la forêt et du braconnage.

 

Le dernier troupeau de girafes en liberté de toute l'Afrique de l'Ouest évolue dans les environs du village de Kouré, à 60 km de la capitale Niamey.

 

D'autre part, un parc portant le nom de Parc du W ,à cause des sinuosités du fleuve Niger à cet endroit, se trouve sur le territoire de trois pays , le Niger, le Bénin et le Burkina Faso.

 

Dans le fleuve Niger, les hippopotames sont protégés et se multiplient au point de devenir menaçants pour les populations locales.

 

À la tombée de la nuit, il n'est pas rare qu'ils viennent saccager les cultures du bord du fleuve.

Population

Les ethnies qui peuplent le Niger sont les Haoussas , majoritaires, les Songhaïs, les Zarmas, les Touaregs et les Peuls. L’islam est la religion de 98,7 % des Nigériens.

Si le français est la langue administrative officielle, la langue des Haoussas est utilisée comme langue véhiculaire par la majorité de la population.

L’accroissement naturel dépasse 3 % par an. La population est concentrée au sud du pays. Le taux d’urbanisation reste faible , 22 %.

Les villes principales sont Niamey la capitale du pays, Zinder et Maradi, plaque tournante des migrations et du commerce , légal et illégal, avec le Nigeria

Peuplé de plus de 17 millions d'habitantse n 2012, le Niger connaît l'une des plus fortes croissances démographiques au monde. La jeunesse de la population, 15 ans de moyenne d'âge, laisse à penser que cette croissance va se poursuivre sinon s'accélérer.

 

La plupart des chiffres de cet article proviennent de documents de l'Institut National de la Statistique du Niger.

 

Le taux de fécondité y atteint le niveau le plus élevé au monde avec 7,6 enfants par femme en 2012. Sans l'effet de l'émigration, la population du Niger pourrait passer à 55 millions d'habitants en 2050, contre 15,7 millions en 2011 et 2 millions en 1950.

 

La forte croissance démographique s´explique par la jeunesse de la population ,âge moyen de 15 ans,, un faible niveau d'éducation et une société patriarcale où les hommes travaillent aux champs ,79 % de la population en zone rurale, tandis que les femmes restent au foyer, font du maraîchage.

 

Pas de retraites ,les enfants s´occupent des parents quand ils sont vieux. Les mariages sont de plus en plus précoces près des villes.

 

La population du Niger se caractérise par sa jeunesse, 15 ans en moyenne, conséquence d’un taux de natalité très élevé. 19 % de la population est âgée de moins de 5 ans.

 

Le Niger est un pays rural. Le taux d’urbanisation de la population est faible ,21 % en 2011, mais en progression constante.

 

La région ayant le plus fort taux d'urbanisation, en dehors de la capitale, est curieusement celle d'Agadez, région désertique, en raison de la population de son chef- lieu et des cités minières d'Arlit et Tchirozérine.

 

La densité de la population est peu élevée, 12,4 habitants/km². Elle est marquée par une augmentation du nord au sud liée aux conditions climatiques ,

 

inférieure à 1 hab/km² dans la zone saharienne ,0,1 hab/km² dans le département de Bilma,

 

quelques habitants au km² dans la zone sahélienne ,13,4 hab/km² dans le département de Tanout,

 

et près de 100 hab/km² dans la zone soudanienne, l’étroite bande sud qui concentre la majorité de la population du pays ,82,6 hab/km² dans le département de Magaria, 162,4 hab/km² dans celui de Madarounfa.

 

Selon le recensement de 2001, les différentes ethnies se retrouvent principalement, mais non exclusivement, dans les régions suivantes/

Haoussas ,55,4 % , régions de Maradi, Tahoua, Zinder, Dosso

Djermas ,21 % , régions de Tillabéri, Dosso, Niamey,

Touaregs ,9,3 % , régions de Agadez, Tahoua,

Peuls ,8,5 % , régions de Tillabéri, Zinder,

Kanuris ,4,7 %, région de Diffa,

Toubous ,0,4 % , régions de Diffa, Zinder,

Arabes ,0,4 %, régions de Tahoua, Diffa, Agadez, Zinder,

Gourmantchés ,0,4 %, région de Tillabéri.

 

La langue officielle est le français. Les langues des différentes communautés ,Haoussa, Djerma sonhraï, Arabe, Peul pour les principales, ont le statut de langues nationales.

Histoire 

Les Berbères, ancêtres des Touaregs, seraient arrivés dans le nord du Niger au début de notre ère. La propagation de l’islam commence dès 666.

Pendant toute la période précoloniale, des royaumes antagonistes se partagent le territoire nigérien. Le XIXe siècle est marqué par l’expansion coloniale des puissances européennes. La conquête coloniale française ne s’achève qu’en 1922 avec l’intégration du Niger dans l’AO.

En 1946, la création du Parti progressiste nigérien , PNN,  marque le début de la marche vers l’indépendance. En 1958, le Niger devient une république. Il acquiert son indépendance en 1960. Mais la sécheresse et la crise économique qui touchent le Niger provoquent des troubles sociaux graves.

En 1974, un coup d’État militaire porte au pouvoir le lieutenant-colonel Seyni Kountché. En 1990, le Front de la libération de l’Aïr et de l’Azaouad , FLAA, qui défend les intérêts de la minorité touareg, se lance dans une guérilla contre le gouvernement.

Le colonel Ibrahim Maïnassara Baré prend le pouvoir à la suite du coup d’État de 1996, mettant un terme à la démocratisation des institutions. 

Mais Le 9 avril 1999, Baré est tué dans un coup d'État mené par le commandant Daouda  Malam Wanké, qui établit un régime de transition pour un retour à la démocratie.

 

Lors des élections législatives et présidentielles d'octobre et novembre 1999, la coalition du Mouvement national pour la société de développement et de la Convention démocratique et sociale  menée par Mamadou Tandja gagne les élections.

 

La nouvelle Constitution du Niger est approuvée en juillet 1999. Elle restaure le régime semi-présidentiel de la Constitution de 1992 où le président est élu au suffrage universel pour 5 ans et nomme le premier ministre avec lequel il partage le pouvoir exécutif.

 

L'Assemblée nationale, pour suivre l'évolution démographique du pays, voit ses effectifs monter à 113 députés, également élus pour 5 ans selon un scrutin majoritaire.

 

La législature élue en décembre 2004 accueille sept partis politiques différents. Le Président Mamadou Tandja est réélu en décembre 2004 et choisit de nouveau Hama Amadou comme premier ministre.

 

Mahamane Ousmane, à la tête de la CDS, est réélu Président de l'Assemblée nationale par ses pairs. Ce nouveau pouvoir, en place à compter de décembre 2002, a dû rapidement affronter l'hostilité des militaires et, en août, n'a pu restaurer l'ordre qu'après plusieurs jours de confusion.

 

En juin 2007, Seyni Oumarou est nommé Premier ministre après une motion de censure qui renverse le gouvernement Hama Amadou. Mais de 2007 à 2008, une seconde rébellion touarègue a lieu au nord du Niger, aggravant les perspectives économiques du pays et refermant à nouveau la page des progrès politiques.

 

Le 4 août 2009, le président Mamadou Tandja réussit son coup de force lors du référendum constitutionnel décrété illégal par la Cour constitutionnelle et contesté dans tout le pays. Ce référendum vise à autoriser le remplacement de la constitution nigérienne.

 

Les deux grands changements qu'il engendre sont la non limitation du nombre de mandats présidentiels et le passage d'un régime semi-présidentiel à un régime présidentiel Mamadou.

 

Tandja bénéficie d'une extension exceptionnelle de son mandat de 3 ans pour  achever les chantiers entrepris . La tenue du référendum est précédée et suivie de grandes manifestations et contestations.

 

Le 18 février 2010, un coup d'État est organisé dans la capitale Niamey aux abords du palais présidentiel

 

Les insurgés placent le président en état d'arrestation et un Conseil suprême pour la restauration de la démocratie  est mis en place, sous la présidence de Salou Djibo, chef d'escadron de l'armée nigérienne.

 

  Mars 2010, le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie présente un gouvernement de 20 membres parmi lesquels figurent cinq militaires. Mahamadou Danda est nommé Premier ministre.

 

La 7e république est proclamée par le chef de la transition le 25 novembre 2010. Après des élections reconnues libres et transparentes par les différents observateurs, en mars et avril 2011.

 

Mahamadou Issoufou a prêté serment le jeudi 7 avril 2011. Il nomme le même jour Brigi Rafini au poste de Premier ministre.

 Nigéria

 

Additional information