Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer    la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants, par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’esclavage à la Guadeloupe, une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque, malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804;

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Ouganda

 

   
 

Géographie 

 
État coupé par l’équateur,  l' Ouganda est constitué d’un haut plateau entouré de massifs très élevés aux frontières du pays.
Le Sud-Ouest est le domaine des volcans Mahuvura et Sabinyo. À l’Est, le massif volcanique de l’Elgon domine la frontière du Kenya.
1/7 de sa superficie est occupé par des lacs ,  Kyoga, Mobutu, Édouard et Victoria. Le climat équatorial est tempéré par l’altitude. La capitale de l’Ouganda est Kampala 

Le pays est situé sur le plateau Est- africain, pour la plus grande partie entre les 4e parallèle nord et 2e parallèle sud et entre les 29e et 35e parallèle est.

 

Son altitude moyenne est de 1100 mètres, en descente abrupte vers la plaine soudanaise au nord. Le centre s’articule autour du lac Kyoga, entouré de zone marécageuses.

 

La quasi totalité du territoire ougandais se trouve dans le bassin du Nil. Le Nil sort du lac Victoria pour rejoindre le lac Kyoga puis le lac Albert, sur la frontière congolaise.

 

Une petite région située tout à l’est est drainée par le fleuve Turkwel, qui fait partie du bassin drainant du lac Turkana.

 

Le lac Kyoga fait grossièrement office de frontière linguistique entre les langues bantoues au sud et nilotiques au nord. Cette frontière, orientée du nord-ouest au sud-est, ne reflète que partiellement la division politique entre le nord et le sud.

 

La superficie de l'Ouganda est de 241 550 km2, soit environ la taille du Royaume-Uni.

 

On retrouve sur le territoire de l'Ouganda plusieurs sites de minerais inexploités, notamment le cuivre et le cobalt qui sont les principaux.

 

Largement équatorial, le climat subit toutefois de larges variations selon l’altitude. Le sud du pays est plus humide et frais, avec des précipitations réparties sur toute l’année et une température moyenne de 20 °C.

 

À Entebbe, sur la rive nord du lac Victoria, la plus grande partie des précipitations tombe entre mars et juin, puis entre novembre et décembre.

 

La région de Rwenzori, une chaîne montagneuse aux sommets enneigés, connaît d’abondantes précipitations toute l’année.

 

Plus au nord, avec une température moyenne de 33 °C, la saison sèche se fait graduellement plus chaude et plus marquée ,à Guli, à 120 km au sud de la frontière sud-soudanaise, les mois de novembre à février sont beaucoup plus secs que le reste de l’année.

 

La région de Karamoja, au nord-est, connaît le climat le plus sec et peut subir des sécheresses certaines années.

 

L’Ouganda compte 60 zones protégées, dont 10 parcs nationaux: la Forêt impénétrable de Bwindi et le Parc national Rwenzori Mountains ,tout deux inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, le Parc national de Kibale, le Parc national Kidepo Valley.

 

Le Parc national Lake Mburo, le Parc national des gorilles de Mgahinga, le Parc national Mount Elgon, le Parc national Kenya, le Parc national Murchison Falls, le Parc national Queen Elizabeth, et le Parc national Semuliki.

Population

L’Ouganda a toujours été un carrefour entre la vallée du Nil, les grands lacs, la cuvette congolaise et l’océan Indien, d’où sa population composite.

On y trouve en effet plus d’une trentaine d’ethnies différentes, issues de groupes bantous et de populations nilotiques.

La population est à majorité catholique , 49,6 %, mais il y a aussi des protestants , 28,7 %,  et des musulmans , 15,1 %.

Elle est essentiellement rurale , 88 %. Les principales ville sont Kampala, Jinja et Mbale.

L'Ouganda compte plus de 34 millions d'habitants en 2012. Le pays connaît l'une des plus fortes croissances démographiques au monde avec un taux de fécondité estimé à plus de 6 enfants par femme.

 

D'après le recensement de 2002, la population de 24 200 000 se répartit entre les différents groupes ethniques .

 

L'analphabétisme est fréquent en Ouganda, notamment parmi les femmes Dans la période de 2002–2005 les dépenses publiques pour l'éducation étaient de 5,2 % du PIB L'Ouganda a des universités privées et publiques.

 

En 2007, on comptait plus de 90 % de jeunes ougandais qui fréquentaient les établissements scolaires primaires. En revanche, la même année, on ne dénombrait qu'environ un adolescent sur trois dans l’enseignement secondaire.

 

Ce déséquilibre est lié au coût trop élevé de l'éducation, au manque d'établissements scolaires et au désintérêt des étudiants

 

Le SIDA est fréquent en Ouganda. L'espérance de vie féminine était de 52,4 ans, et l'espérance de vie masculine était de 51,4 ans en 2007.

 

En 2007, l'espérance de vie en bonne santé était de 44 ans. Les dépenses gouvernementales pour la santé étaient de 39 $ ,parité de pouvoir d'achat, par habitant en 2007

Histoire

Au XVIe siècle, des populations venues du Soudan envahissent la région. La principauté Buganda devient, à partir du XIXe siècle, la plus puissance de la région.

A la fin du XIXe siècle, les marchands d’esclaves et les Européens s’installent sur le territoire.

Les Anglais, qui veulent établir un pôle chrétien aux sources du Nil, fondent un protectorat en 1894. Un mouvement nationaliste naît dans les années 1920.

L’indépendance est proclamée en 1962. En 1971, un coup d’État militaire ouvre la porte à une dictature militaire.

Le général Amin Dada se proclame chef de l’État et dissout le parlement. Il expulse les Indiens qui contrôlaient l’économie. En 1978, il envahit une partie du territoire tanzanien.

Une armée de libération nationale est alors constituée sur le territoire tanzanien, qui renverse Amin Dada en 1979.

En 1980, Milton Obote devient à son tour chef de l’État, mais il impose un régime autoritaire.

Une guérilla conduite pa Yoweni Musevani éclate en 1986. En 1996, celui-ci remporte les premières élections présidentielles avec plus de 75 % des voix.

En 1999 le président Museweni se démarque de ses alliés rwandais, avec lesquels il soutenait jusqu'alors la rébellion congolaise anti-Kabila;
En signant un accord avec le président du Congo Démocratique Laurent-Désiré Kabila, sous l'égide de la Libye pour retirer ses troupes du pays.
 Ne pouvant venir à bout des rébellions du nord du pays, le pouvoir paraît s'être replié sur le Sud où les mouvements de guérilla sont néanmoins actifs et semblent s'être alliés avec les rebelles hutu rwandais.

 Début juillet 2000, on apprend que les Ougandais ont massivement refusé le multipartisme lors des élections organisées par le gouvernement.

La Commission Électorale a annoncé que 91% des votants se sont prononcés en faveur du maintien du parti unique , NRM. 50 % de la population aurait participé à ces votations.

Le parti de l'opposition ,DP, a annoncé qu'il ne respecterait pas le résultat des élections.

Sur le plan extérieur, on sait que des combats violents ont opposé l'armée ougandaise et rwandaise sur le territoire de la République Démocratique du Congo depuis 1999 en particulier dans la ville de Kisangani

Jusqu'en 2005, l'Ouganda est une république à parti unique, tous les citoyens ougandais étant membres du parti unique.

 

Les partis politiques sont de facto autorisés en tant que regroupements mais les candidats de l'opposition se présentent comme candidats indépendants aux élections.

 

Le

 

Le oui obtient 92,6 % des voix et la participation est seulement de 47 %. L'opposition qui dans sa grande majorité avait appelé au boycott dénonce des chiffres de participation fantaisistes.

 

Les dernières élections législatives et présidentielle ont eu lieu le 23 février 2006, et ont permis la réélection de Yoweri Museveni ,au pouvoir depuis 1986, avec 59 % des voix, contre 37 % pour son principal adversaire, Kizza Besigye.

 

Le Forum pour le changement démocratique de M. Besigye dénonce des fraudes.

 

De 1988 à 2006, l'Armée de résistance du Seigneur a combattu l'armée régulière dans le Nord du pays, afin, sans succès, de renverser Museveni.


Centre Afrique

Additional information

viagra bitcoin buy