Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race( suite)

 

Ce grand défi est de comparer sur la toile le sort réservé en France  à deux sœurs jumelles, Race etReligion...dont l’une, La Race a été placée au banc des accusés comme responsable des « coup de sang raciaux «  périodiques que connait ce pays depuis quelques années

 

Oui mais s’agissant de la mouvance musulmane, on ne peut exclure la politique française  partisane, au Moyen orient, les coups bas de l’Etat hébreu au regard de la Palestine en devenir, la destruction de la Libye en 2011 dont la France était en pôle position, une ingérence manifeste depuis 2012 en Syrie dont on voit mal la fin de ce conflit.

 

Bref, dans toute manifestation violente au sein de  la Société il  faut  établir les causes consécutives à une diplomatie de la petite semaine  et dénoncer avec force les vrais responsables.

 

Cela  dit pourquoi la problématique raciale a pris une telle proportion en France alors qu’en Europe les pays à démocratie comparable bénéficient d’une paix sociale apaisée.

 

Et nous sommes en ce jour historique du 7 Janvier 2015 …

 

…un attentat est un acte de guerre à carctère politique, conduit par des militants cultivés, motivés.

 

… l’opération est préparée longtemps à l’avance, et au jour convenu les choses se passent sans bavure, et les hommes  disparaissent ne laissant aucune trace de leur mission.

 

Or en ce 7 Janvier avec l’attaque de l’imprimerie « Charly Bebdo » nous avons eu affaire à une petite bande de  dégénénés, choisis au hasard  pour un mauvais coup, sans doute drogués, qui restent dans les parages proches, pour être « logés » rapidement et tués par les forces de police…

 

….qu’un jour l’Histoire nous révelera les commanditaires.

 

 Car ces hommes n’avaiet pas le profil de soldat, d’homme de guerre, mais manipulés pour tuer.

 

Et du reste les politiciens au Pouvoir sont tombés dans le piège par naïveté ou imcompétence pour hurler au Monde entier que « la France était victime d’un   odieux attentat »…

 

…invitant tous « les grands de la Planète »  à une marche à Paris le 11 Janvier 2015, pour la défense de la «  liberté d’expression »,un abus  de la vision des réalités, car seuls quelques rares médias non affidés usesnt avec parcimonie de ce privilège.

 

Par contre l’ancien Président améridain a décliné cette invitation ne voulant sans doute pa s’acssocier à cette  mascarde.

 

Mais des dirigeants africains étaient bien présents en nombre une bonne quinzaine en tête du cortège, venus remercier «  buana » l’impérialiste de l'Occident pour son soutien à ces 3èmes mandats, ou à la modification permanente de leur constitution à des fins  de mauvaises gouvernance. ces crétins de négrillons…

 

…ah la bonne affaire qui politiquement ine finé , na pas payé.

 

Mais les premières personnes visées par ces évènements tragiques furent les communautés musulmanes, affublées de tous les péchés d’Israel.

 

En fait ce n’est pas le seul but recherché par ces despérados, car le mode opératoire par la suite, des citoyens agressés mortellement tout à fait anonymes, indique sans doute que certains veulent installer dans la pays un climat de peur et de terreur pour renversr les institutions de la République.

 

Sur cette dernière hypothèse on peut avancer que ces ennemis invisibles ont gagné, face à un peuple déjà plongé dans la peur qui a accepté sans résistance une décision illégales, autoritaire d'un long confinement sanitaire …

 

… et en sas d’une guerre civile ou un coup d’Etat  militaire je ne pense pas que les citoyens seraient traversés par un sentiment de révolte face à l’adversité …

 

…l’avenir nous le dira…

 

 

Et voila q’un groupe  du nom « des identitaires », jette le masque en faisant état de concepts, « racisme anti blanc  anti francais » et « privilège blanc »inconnus jusqu’alors dans les échanges de la société civile.

 

La suite prochainement

 

 Déja 10 ans Patrick est parti vers d'autres cieux...

https://www.youtube.com/watch?v=abw9sBMFBdM&list=RDabw9sBMFBdM&start_radio=1

 

Zimbabwe

 

 

Géographie

 
État d’Afrique australe d’une superficie de 390308 km², le Zimbabwe est formé d’un ensemble de plateaux cristallins. Sa capitale est Harare

Le Zimbabwe est un pays d'Afrique australe dépourvu d'accès à la mer, et partage ses 3 066 km de frontières avec la Zambie au nord-ouest ,797 km, l'Afrique du Sud au sud ,225 km, le Botswana au sud-ouest ,813 km, et le Mozambique à l'est ,1 231 km.

 

Il est très proche de la Namibie mais en est séparé par une portion du territoire botswanais. Il se situe entre les 15e et 23e parallèles sud en latitude et les 25e et 34e méridiens est en longitude.

 

Le pays couvre une superficie totale de 390 757 km2 dont 1 % de terres immergées, chiffres qui n'ont pas évolué depuis son indépendance en 1980.

 

Il ne comprend ni enclave à l'étranger ni possession outre-mer. Il est classé 61e dans la liste globale des pays par superficie, et 26e d'Afrique.

 

C'est un pays de hauts plateaux. Son point culminant est le mont Nyangani situé dans les régions montagneuses de l'est et qui atteint 2 592 m, alors que son point bas se situe à 162 m d'altitude.

 

La majeure partie du pays se situe sur un plateau central s'étirant du sud-ouest au nord-ouest où l'altitude varie entre 1 200 et 1 600 m. Environ 20 % du pays atteint moins de 900 m d'altitude.

 

Au niveau hydrographique le lac Kariba et le fleuve Zambèze délimitent la majeure partie de la frontière avec la Zambie au nord-ouest.

 

Les chutes Victoria, près de la ville de Livingstone en Zambie, font partie du fleuve et sont considérées comme parmi les plus grandes et les plus impressionnantes du monde avec 1 700 m de largeur et jusqu'à 108 m de hauteur. Elles ont d'ailleurs été inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1989.

 

Parmi les ressources naturelles se trouvent , le charbon, le chrome, l’amiante, l’or, le nickel, le cuivre, les minerais de fer, le vanadium, le lithium, l’étain, et les métaux du groupe du platine.

 

Le Zimbabwe possède un climat tropical tempéré par l'altitude, avec une saison des pluies qui s'étend en général de fin octobre à mars.

 

Les paysages naturels sont la savane sèche ou arborée, avec des forêts tropicales sempervirentes dans les régions moites et montagneuses de l'est.

 

Le fait qu'il soit situé sur des hauts plateaux est la raison pour laquelle il bénéficie d'une température moyenne annuelle de 25 °C, relativement faible par rapport à ses voisins d'Afrique australe.

 

Le climat le plus froid peut donner des températures entre 12° et 15° durant l'hiver austral, entre juin et septembre, mais pendant cette période, le plus souvent, sont observées des températures entre 19° et 21°, températures qui s'expliquent par l'altitude ,souvent + de 1000 mètres, du pays.

 

Pendant les périodes estivales, le thermomètre ne dépasse jamais les 30°. Le record du mois le plus froid remonte au mois d'Aout 1986, ou des températures de 11° et 12° furent enregistrées.

 

De larges pans du Zimbabwe étaient autrefois couverts de forêts, et représentaient ce qu'il est communément appelé le bush africain, au sein duquel on trouvait une vie sauvage importante.

 

La pauvreté, la croissance démographique et le manque de combustibles ont mené à une déforestation extensive qui avec le braconnage, ont considérablement réduit le nombre de représentants de la faune et de la flore du pays.

 

La déforestation a également mené à l'érosion des sols et à la survenue régulière de sécheresses, diminuant par là même la fertilité des terres.

 

Population

Les habitants du Zimbabwe sont majoritairement des Bantous de l’ethnie Shona , 71 %. Une forte minorité Ndebele , 17 % est présente dans le sud du pays.

Les petites minorités indienne et européenne sont venues se greffer ultérieurement. La population est chrétienne à 50 %, l’autre moitié pratiquant les religions traditionnelles.

Près du tiers de la population vit en ville. Harare, l’ancienne Salisbury, est la capitale et la première cité commerciale du pays.

Le pays compte environ 13,5 millions d’habitants EN 2008Il a plus que triplé sa population depuis 1960. Ravagé par le sida l’épidémie a fait baisser l’espérance de vie à 43,6 ans et est devenue une vraie menace pour la survie de l’État zimbabwéen.

 

Le taux de mortalité est remonté au niveau élevé de 17,9 pour mille, soit un niveau comparable à celui de l'Afrique australe ,17 pour mille.

 

Le nombre moyen d'enfants par femme, ou indicateur conjoncturel de fécondité est de 3,15, correspondant à un taux de natalité de 27,7 pour mille.

 

Le taux d'accroissement démographique est donc ralenti à environ 1 % par an ou 9,8 pour mille.

 

Les principales langues sont l'anglais, le shona et le ndébélé longtemps les seules à bénéficier du statut de  langue officielle .

 

Cependant la nouvelle Constitution de 2013 reconnaît désormais 16 langues officielles le chewa, le chibarwe, l'anglais, le kalanga, le khoïsan, le nambya, le ndau, le ndebele, le shangani, le shona, la langue des signes zimbabwéenne, le sotho, le tonga, le tswana, le venda et le xhosa.

 

80 % de la population parle anglais, ou a des notions d'anglais L' Afrikaans est parlé par environ 50 000 personnes, en partie par des blancs, mais aussi par des noirs et métis Zimbaweens.

 

Les principales religions sont le christianisme ,87 %, l'animisme ,4 %, et l'islam ,1 %. Les personnes sans religion représentent environ 8 % de la population

 

Il a plus que triplé sa population depuis 1960. Ravagé par le sida, l’épidémie a fait baisser l’espérance de vie à 43,6 ans et est devenue une vraie menace pour la survie de l’État zimbabwéen.

 

 

Le taux de mortalité est remonté au niveau élevé de 17,9 pour mille, soit un niveau comparable à celui de l'Afrique australe ,17 pour mille.

 

Le nombre moyen d'enfants par femme, ou indicateur conjoncturel de fécondité est de 3,15, correspondant à un taux de natalité de 27,7 pour mille.

 

Le taux d'accroissement démographique est donc ralenti à environ 1 % par an ou 9,8 pour mille

 

Il a plus que triplé sa population depuis 1960. Ravagé par le sida, l’épidémie a fait baisser l’espérance de vie à 43,6 ans et est devenue une vraie menace pour la survie de l’État zimbabwéen.

 

Histoire

Au Xe siècle ap. J.-C., des tribus d’origine bantoue fondent le royaume du Grand Zimbabwe, remplacé au XVe siècle par l’empire de Monomotapa.

Au début du XVIIe siècle, les Portugais obtiennent du royaume Monomotapa la totalité des richesses minières du territoire. En 1889, l’Anglais Cecil Rhodes fonde la British South Africa Company, puissante compagnie commerciale, ferroviaire et minière. Les Britanniques ne souhaitant pas l’administrer directement, le territoire, baptisé Rhodésie du Sud, choisit l’autonomie.

Le mouvement nationaliste noir se radicalise après la création, en 1953, d’une Fédération d’Afrique centrale rassemblant les deux Rhodésies et le Nyassaland , futur Malawi. En 1965, l’indépendance de la Rhodésie est unilatéralement proclamée.

Arrivé au pouvoir en 1987, le président Mugabesemble avoir aujourd’hui brûlé toutes ses cartes , les émeutes survenues courant 2000 et visant à chasser les propriétaires agricoles européens ont souligné l’état de tension du pays et l’urgence d’une réforme agraire.

En 2002 Robert Mugabe gagne les élections présidentielles lors d’un scrutin contesté
En 2003 il y a eu une grave crise agraire et politique suite à l’expropriation par Mugabe des fermiers

L’État installe sur les terres réquisitionnées des proches du régime, officiellement anciens combattants de la guerre d’indépendance. Ceux-ci n’ont cependant pas les connaissances, ni le matériel nécessaire pour cultiver leurs lopins et beaucoup de terres restent en friches.

Crise politique quand les mouvements d’opposition comme la MDC sont réprimés et les élections truquées.
 

Suite à une campagne intensive des mouvements des droits de l’Homme, des Britanniques et de l’opposition, le Commonwealth impose des mesures de rétorsion contre les principaux dirigeants du Zimbabwe.

Au sein du Commonwealth, Mugabe reçoit cependant le soutien de plusieurs pays africains et dénonce des mesures prises à l’instigation des pays blancs ,Canada, Grande-Bretagne, Australie. L’opposition locale du MDC est réprimée.
 

En 2004  conséquence de la réforme agraire, l’ancien grenier à blé de l’Afrique ne peut plus subvenir à ses besoins et 70 % de la population se retrouve sans emploi.

Le Zimbabwe se retire du Commonwealth.


En 2005 le parti de Robert Mugabe, la ZANU-PF, remporte les élections législatives face à un MDC divisé et affaibli.

 

Entre 120 000 et 1,5 millions d’habitants des bidonvilles d’Harare, bastions de l’opposition, sont expulsés à la fin du printemps lors de la destruction de leurs habitations sur ordre du gouvernement. Adoption d’une réforme constitutionnelle restreignant les droits de propriété


Les propriétaires terriens se voient interdire de faire appel de leur expropriation.


Création d’un Sénat de 66 membres.
 

En 2006 l’inflation dépasse les 1 000 %.
 

L’exode de la population vers les pays voisins s’accélère.
 

En septembre 2007  l'inflation dépasse officiellement les 7000 %.

 

En juillet2007, Mugabe et son parti, le ZANU-PF, proposèrent au parlement de voter une loi qui interdit toute fusion, restructuration ou acquisition d’une entreprise si 51 % de son capital n’était pas en possession de Zimbabwéens Nègres.

 

 Puis, en septembre2008, un accord conclu avec l’opposition du MDC fit quelque peu marche arrière sur la confiscation de fermes, bien que le ministre de la Justice affirma le contraire, que l’accord souligne le caractère raciste-colonialiste de la répartition précédente des terres, et qu’aucune restitution ne se ferait en tant que telle.

 

En décembre2008, le Zimbabwe rejeta le jugement du tribunal de la Communauté de développement d’Afrique australe qui avait estimé que les confiscations de terres menées au Zimbabwe étaient discriminatoires, racistes et illégales et que les fermiers devaient être dédommagés.


 En juin 2011, en vertu de la disposition prévoyant l'application des décisions du tribunal de la SADC dans les pays membres, la Haute cour de Pretoria en Afrique du Sud, saisie par d'anciens fermiers zimbabwéens expropriés, jugea que les biens appartenant à l'État zimbabwéen dans le pays pouvaient être saisis et mis en vente afin d'indemniser les victimes d'expropriation.

 

 En application de cette décision, trois propriétés du gouvernement zimbabwéen en Afrique du Sud furent saisies en vue de leur vente par enchère publique.

Kenya 

Additional information

viagra bitcoin buy