Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Le" privilège blanc".

 

Comme je l’ai rappelé précédemment, la France  est championne toutes catégories du vocabulaire conduisant à des tensions touchant les minorités ethniques résidant dans ce pays

 

Il y a eu d’abord le Communautarisme, dont on attend toujours  les explications approfondies des Pouvoirs publiques portant   sur les communautés visées, et la dangérosité de se rassembler pour défendre leurs intérêts en application des règles définies par la loi du Premier juillet 1901 sur les Associations.

 

Puis a fait son apparition le Séparatisme faisant l’objet d’une loi débattue au sein des assemblées institutionnelles, qui s’adresse maladroitement au monde musulman...

 

...responsable du déficit de tranquillité, dont le Pouvoir s’arroge le droit de s’immiscer dans la fonctionnement des règles du Coran...

 

...malgré le mécontentement des fidèles de cette Religion, contrairement à la séparation de l’Etat et des Eglises dans un strict respect de la laïcité.

 

Oui mais le « nouveau monde » s’autorise un comportement anticonstitutionnel sous prétexte de « liberté d’expression » et de défense des fondamentaux de la République.

 

Mais de qui se moque t-on pour installer l’idée qu’à peine 5 à 10% d’une population est capable de renverser un régime par la force ou la voie des urnes.

 

Avant des poursuivre nous touchons le cœur du débat avec un régime bourgeois et monarchique menacé de perdre ses privilèges par quel que groupe organisé, maghrébin, africain ou afro descendant

 

Et nous voilà plongés dans un univers inconnu avec la consécration officielle du concept « privilège blanc »...

 

...rejoignant l’expression américaine de « suprématie de la race blanche » un exercice périlleux dans sa formulation...

 

...mais non dénoncé par aucun homme politique de quel que bord.

 

Alors l’Exécutif peut brandir la menace d’une violence ascendante dans la population de la France de nos jours...

 

...mais ça ne peut être que des déclarations électoralistes, car il a tout fait pour mettre la pression sur les minorités par son concept anxiogène de « privilège blanc » ...

 

...qui en tout état de cause est adressé au bénéfice de la population indo- européenne majoritaire dans ce pays.

 

Car avec le temps passe « les chiens de font pas des chats » et pour comprendre le jeu du groupe français désigné « Génération identitaire » et son fondement, revisitons l’Histoire... 

 

...nous sommes en 1791à Haïti (ex Saint Domingue) colonie française dans la Caraïbe...

 

 

...la colère des esclaves monte en puissance, la panique est installée dans le camp des colons français...

 

...la Convention met un terme à l’Esclavage en 1794  ce qui pousse tous ces possesseurs d’esclaves (Saint Domingue, Guadeloupe, Martinique) à un exode massif en direction des Etas Unis d'Amérique

 

Ils s’installent dans le sud de ce pays et seront  les fervents  soutiens, partisans engagés à côté des Confédérés...

 

...en conflit avec le Gouvernement fédéral, farouchement opposés contre l’abolition de l’Esclavage touchant les Africains.

 

Mais avec la fin de la guerre civile en 1865 et l’écrasement des confédérés par les troupes de L’Union fédérale...

 

...ces sudistes n’ont pas abandonné leur conviction de suprématie blanche ...

 

...en créant un clan dénommé KU KLUX KLAN, féroce et hyper raciste.

 

Et ramenons ce débat en France nous observons que le groupe dénommé » Génération identitaire » est ni plus ni moins que...

 

... les mutants du KU KLUX KLAN avec la même conception raciale vis-à-vis des étrangers non indo européens.

 

Ils ne sont pas nombreux certes,  mais bien organisés,très agressifs et appelés à se développer....

 

...avec l’apport de cette doctrine gouvernementale qu’est « le privilège blanc »

 

Dans ce cas, le communautarisme a un long avenir dans ce pays...

 

...car avec ces hommes dont la stratégie de l’écrevisse  conseillée par Grand -mère ...

 

...doit être remplacée par la charge du rhinocéros avec intelligence mais  sans faiblesse.

 

https://www.youtube.com/watch?v=c13q2wYZr_0

Haïti

 

 

Géographie

 
La république d’Haïti est la partie occidentale de l’île du même nom. Son relief, à 75 % montagneux, est arrosé par de nombreux cours d’eau. D’une superficie de 27750 km², Haïti est après Cuba la plus grande île de la Caraïbe

Ses richesses naturelles et la beauté incomparable de ses paysages lui ont valu d’être surnommée la  perle de la Caraïbe .

 Les plaines les plus vastes se situent dans la vallée de l’Arbonite et dans la région de Port-au-Prince. Le climat, tropical, subit l’influence de la mer et de l’altitude. La capitale de Haïti est Port-au- Prince

Le territoire d'Haïti est principalement constitué par la partie occidentale de l'île d'Haïti que l'on nomme également  Terre haute ou montagneuse , à laquelle vient s'ajouter un certain nombre d'autres îles et archipels tels que /

  • La Gonâve ,

  • l'île de la Tortue ,

  • Les Cayemites ,

  • l'Île-à-Vache.

L'île de la Navasse est considérée comme étant une Îles mineures éloignées des États-Unis, mais est néanmoins revendiquée par Haïti.

 

Le relief de la , Terre montagneuse , est généralement constitué de montagnes escarpées avec de petites plaines côtières et des vallées.

 

Comme pour l'île entière, celui de la République d'Haïti est formé de deux bandes montagneuses principales séparée par la Plaine du Cul-de-Sac , l'une au Nord, où s'élèvent la chaîne du Haut-Piton, le massif des Montagnes Noires et la chaîne des Matheux , l'autre au Sud, constituée par le massif du pic la Selle et le massif de la Hotte.

 

Malgré la déforestation à grande échelle sur l'ensemble du territoire national, Haïti possède encore des zones boisées qui s'étendent sur le pays voisin qu'est la République dominicaine.

 

Ainsi ces deux États partagent la forêt de pins de l'île d'Hispaniola qui couvre encore une partie du massif du Pic la Selle et du massif de la Hotte.

 

La partie centrale et l'est forment un grand plateau d'altitude. Le principal fleuve haïtien est l'Artibonite.

 

Haïti ,comme le reste de l'île d'Hispaniola, se trouve dans une zone sismiquement active, entre deux plaques tectoniques , la plaque nord-américaine au nord et la plaque caraïbe au sud, rendent le pays particulièrement vulnérable aux tremblements de terre.

 

Celui du 12 janvier 2010, se révéla être le plus grand séisme jamais enregistré dans ce pays, dévastant notamment la région de la capitale Port-au-Prince, faisant plus de 300 000 morts, et des millions de sans abris

 

Population 

La population est afro-caribéenne à plus de 99 %. Elle parle le créole et le français. Elle vit pour l’essentiel le long des zones côtières.

 Les chrétiens représentent 60 % de la population , 43 % de catholiques et 17 % de protestants. Cependant, les ruraux, soit 65 % de la population, pratiquent le vaudou, tout en fréquentant une église ou un temple.

L’état sanitaire de Haïti demeure critique au sein du continent américain.On constate par ailleurs, un taux important de décès des enfants de moins de 5 ans, conséquence sans doute de la situation économique et sociale de ce pays , que l'Histoire n'a pas épargné.

En 1790, la population de la colonie, alors nommée Saint-Domingue, s’élevait à environ 500 000 personnes dont 38 360 Européens et 28 370 Africains et hommes de couleur libres, aux côtés de 433 270 personnes ayant le statut d’esclave.

 

Dans les années 1880, elle comprenait environ 570 000 habitants.

 

La population d'Haïti est estimée à 10 413 211 habitants en 2012 dont plus de 43,6 % seraient citadins La grande majorité de la population est de religion chrétienne.

 

Dans les années 2000, la plus grande agglomération est la capitale Port-au-Prince avec près de 2 300 000 habitants en 2009, suivie du Cap-Haïtien avec 250 000 habitants environ.

 

80 à 85 % de la population haïtienne est d'ascendance africaine tandis que les 15 à 20 % restants sont issus de métissage ,la plus grande proportion se trouvant dans le sud de l'île, ou sont d'origine européenne ,française, italienne, allemande, polonaise, portugaise, espagnole.

 

Une proportion de population d'origine arabe, arménienne, juive ou encore indienne de l'Inde et asiatique est aussi constatée.

 

Histoire 

Le pays est originellement peuplé d’Indiens arewaks. En 1492, Christophe Colomb pénètre les côtes de l’île et y établit la colonie d’Hispaniola.

En 1495, l’île est séparée en deux, une partie espagnole, et l’autre occupée par les français. En 1804, le général Dessalines chef de l’insurrection contre les Français, proclame l’indépendance de cette colonie,cependant que Toussaint Louverture  1743-1803, avait pris une part déterminante, dans ce procéssus de libération nationale.

Après de longs soulèvements, les Haïtiens consolident définitivement leur indépendance, alors que l’autre partie de l’île reste sous administration de la Couronne espagnole.

De 1957 à 1986, François Duvalier établit un régime autoritaire, maintenu en vigueur après sa mort. Les militaires se succèdent jusqu’en 1991, date où des élections démocratiques portent au pouvoir Jean-Bertrand Aristide, qui sera renversé six mois plus tard par l’armée.

De 1991 à 1994, Marc Bazin, puis le général Raoul Cedras, mettent en place une dictature sanglante. Mais en 1994, Aristide revient à la présidence avec l’aide militaire des Américains et des Nations Unies. En 1996, René Préval est élu président. Un contingent réduit des Nations Unies est toujours présent en Haïti.

De 1986 à 2000 l’'instabilité est de retour , les gouvernements se succèdent. Leader de l'opposition, le Père Aristide est élu Président en 1990. Ses réformes effraient. Il est renversé par un coup d'Etat militaire en 1991 et s'exile au Etats-Unis.

Un embargo de quatre ans décidé par la Communauté internationale rend la situation économique, sociale et politique encore plus précaire.

En 1994, l'ordre constitutionnel est rétabli. Aristide avec le soutien des Américains revient en Haïti. René Préval est élu Président en 1995. Aristide lui succède en 2000.

En 2002 les élections législatives sont boycottées par les partis de l'opposition qui constatent des irrégularités et de la fraude.

Depuis, les partisans du Président Aristide et de son mouvement ,lavalas , et ceux de l'opposition s'affrontent souvent de façon violente. Assassinats, agressions, disparitions, arrestations arbitraires, se sont amplifiés créant un climat d'insécurité dans le pays.

Les organismes internationaux gèlent les fonds destinés à Haïti en raison des violations des droits de l'Homme dans le pays ,  la misère s'accroît ,  Aristide arme des bandes appelées , chimères chargées de pourchasser et de maltraiter tous les opposants.

Le plus emblématique d'entre eux, le journaliste Jean Dominique, est abattu devant sa station de radio.

En 2003 la presse indépendante est harcelée ; Haïti vit à nouveau dans la terreur des bandes armées. En novembre une manifestation d'étudiants s'achève par des affrontements très violents avec la police.

 La quasi totalité des secteurs de la société civile réclame le départ d'Aristide ,  des grèves sont réprimées dans le sang , le président est de plus en plus isolé.

Le 1er janvier 2004 a eu lieu la Célébration du Bicentenaire de naissance de la nation Haïtienne; les manifestations officielles sont boycottées par les partis de l'opposition et la plupart des états. Le président sud africain M'Beki est le seul chef d'état présent.

En février des insurgés, conduits par l'ancien commissaire de police Guy Philippe, s'emparent de la ville du Cap Haïtien, puis des Gonaïves. Le pouvoir vacille , l'anarchie et un désastre humanitaire menacent le pays. Les rebelles progressent vers la capitale Port-au- Prince.

A l'ONU la France demande le départ d'Aristide , lâché aussi par les Etats-Unis  le président doit quitter finalement le pays le 29 février.
L'ONU adopte une résolution prévoyant la création d'une mission pour stabiliser Haïti. Des soldats de plusieurs nationalités, venus de Martinique et de Guadeloupe  ont pour objectifs le rétablissement de la sécurité et le retour de la justice.
 Un nouveau premier ministre intérimaire, Gérard Latortue, est chargé de préparer des élections en 2005.

Il reste à espérer que la route qui conduit à la démocratie ne soit pas trop longue et que les droits de l'Homme deviennent rapidement une réalité tangible et vivante en Haïti, première république afrocaribéenne indépendante.

 Le 2 février2010 , suite au tremblement de terre qui ravagea notamment la capitale le 12 janvier 2010 et désorganisa totalement le fonctionnement de l'État, il fut décidé de reporter à une date ultérieure les élections sénatoriales partielles et législatives initialement prévues les 28 février et 3 mars suivants.

L'élection présidentielle qui doit être organisée à l’automne de cette même année, n'étant pas reportée pour le moment.

Le 21 avril 2011, le Conseil électoral provisoire déclare Michel Martelly officiellement vainqueur du second tour de scrutin, qui s'est tenu le 20 mars précédent, avec 67,57 % des voix face à Mirlande Manigat. Son investiture a eu lieu le 14 mai 2011.

Le 22 juin, le parlement décide de rejeter la décision de Michel Martelly de nommer Daniel Rouzier au poste de Premier ministre, infligeant un premier revers politique au nouveau chef de l'État.

Suite à ça, Martelly présentera 3 candidats qui seront tous rejetés, suite à une véritable dictature du Parlement.

Le 16 septembre 2011, la nomination du médecin humanitaire Garry Conille comme premier ministre fut officiellement approuvée à l'unanimité par les 89 députés haïtiens, puis par les sénateurs.

 Jamaïque

 Sommaire

Additional information

viagra bitcoin buy