Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme (suite)

 

Ces éternelles questions qui sont posées à la classe politique toutes tendances confondues…

…qu’est ce que le communautarisme…

… en quoi ce mode de rencontre notamment culturel et fraternel peut-il mettre en danger les fondements de cette République version monarchique…

 

…quelles sont ces minorités ethniques qui sont l’objet de cet acharnement politico- médiatique que je subodore être les Africains les Caraïbéens les Maghrébins et autres musulmans(nes) …

 

…ces empêcheurs de tourner-en-rond…

 

…ces descendants du commerce triangulaire, de l’Esclavage et la Colonisation, dont la présence sur le territoire européen français, rappelle à son peuple, des heures sombres peu glorieuses…

 

…mais n’est pas visée la communauté hébraïque, de race indoeuropéenne, hyper organisée de grande solidarité, financièrement solvable et disposant d’énorme influence politique héritéeS des conséquences de la Guerre 1939-1940, malgré le nombre réduit de membres…

 

…à un moindre degré, la colonie arménienne que je connais bien…

 

…les békés de la Martinique, d'origine européenne, descendants des négriers d’antan, quoi que peu nombreux monopolisent toute l’économie du territoire, et vivent en état autarcique…

 

…les expatriées Français installés dans l’ouest du Continent africain, véritables missi dominici, servant de relais au système impérialo-néocoloniailme, ne se mélangent pas avec les autochtones africains.

 

Pour bien cerner cette problématique je vais exposer une affaire qui a concerné deux couples  ,l’une d’origine caraïbéenne et l’autre européenne –souchiste-…

 

Propos d’un membre du couple caraïbéen…

 

… « tu te rends compte Léonce, nous faisons tout pour être agréables et conviviales à nos voisins européens, invitations, offres, de nos spécialités culinaires…

 

… mis voilà depuis des années nous ne connaissons même pas la couleur de la moquette de leur salon… »

 

… « seulement si nous arrêtons ce mode de voisinage ce sont nos enfants qui en souffrirons par mesure de représailles »…

 

En fait c’est une affaire sociétale, dont connaissent des milliers de nos compatriotes, que je lui ai recommandé de s’en sortir de ce guêpier « servito-colonialiste »…

 

… et se rapprocher davantage de nos communautés caraïbéennes qu’il s trouverons de la solidarité, une vraie fraternité une, réelle convivialité…

 

…ai-je fait du communautarisme au sens politique du contexte actuel…

 

…oui, et je l’assume totalement

 

Car dans une société où ça craque de partout, identitaire par là, racisme anti blanc par ci ,la confiance vis-à-vis de nos hôtes européens est mise à rude épreuve…

 

… et ce n’est pas la charge brutale gouvernementale en direction de ses collaborateurs nationaux qui modifiera l’ordre des choses au regard d’une Nature têtue et vindicative….

 

…qu’avec le temps qui passe, les incohérences politiques des uns et la bêtise des autres, le Communautarisme est devenu une doctrine comme le Communisme et le Capitalisme…

 

…que les uns et les autres soutenus par des médias hyper affidés ne pourront pas éradiquer….

 

…vous avez dit listes communautaristes…ah bon …pour la suite.

https://www.youtube.com/watch?v=FGqMMpMkKXs&t=19s

 

La Guadeloupe
 
 
Le processus sera semblable à celui de Saint-Domingue même si le résultat fut différent
En 1793, la guerre reprend entre la France et les pays coalisés. Dans la Caraïbe, l'Angleterre, avec l'aide du parti des Aristocrates et des colons émigrés, s'empare successivement de la Martinique, de Sainte-Lucie et de la Guadeloupe occupée le 11 avril 1794.

Pour libérer cette dernière, la Convention Nationale envoie le 23 avril 1794 Victor Hugues à la tête d'une petite troupe de 1 150 hommes avec deux auxiliaires précieux , le message de la convention aux Nègres et la guillotine.

Il fera son entrée victorieuse à Pointe à Pitre le 7 juin et formera le bataillon des sans culottes noirs pour lutter contre les colons résolus à défendre l'ancien régime et leurs privilèges, avec l'aide des anglais. Ces derniers capituleront le 6 octobre 1794.

Pendant quatre ans, l'esclavage fut remplacé par un travail salarié contrôlé par l'autorité politique et un système de fermage sur les terres confisquées des colons émigrés ou déportés.

Avec le Directoire, revinrent les colons émigrés, ivres de vengeance, qui vidèrent les caisses de l'administration, rétablirent de fait l'Esclavage, recréèrent le désordre et l'anarchie jusqu'à l'instauration du Consulat.

Quand le représentant du Consulat arrivera le 30 mai 1801, il cherchera aussitôt à démanteler les troupes nègres, arrêtant et déportant nombre d'officiers nègres.

Cette politique déclenchera le 21 octobre 1801un mouvement insurrectionnel qui chassera le représentant du Consulat et instaurera un Conseil Provisoire avec à sa tête Pelage, ancien esclave devenu chef de brigade des armées révolutionnaires.

Ce dernier cherchera, sans succès, à rétablir des liens avec le Consulat. Cette politique devait enhardir leseuropéens contre-révolutionnaires restés en Guadeloupe qui tentèrent de s'emparer par la force du Fort Saint-Charles.

Devant ce danger Louis Delgrés, mulâtre qui servit en France dans les armées révolutionnaires où il obtint le grade de chef de bataillon, forma un gouvernement dissident le 15 février 1802.

Pour faire face à cette rébellion , et trois mois et demi après l'expédition de Leclerc à Saint Domingue le Consulat envoie à la Guadeloupe un corps expéditionnaire de 7 400 hommes commandés par Richepance.
Malgré un rapport des forces très inégal, Delgrés et ses troupes menèrent durant 18 jours de dures combats qui s'achevèrent à la Demeure d'Anglemont ou Louis Delgrés et trois cents de ses partisans préférèrent mourir dans l'explosion de leur camp retranché qu'ils avaient minée, plutôt que le retour à l'Esclavage.

Pendant les mois qui suivirent, un véritable régime de terreur fut instauré contre les rescapés des combats, et tous les Nègres qui fuyaient le retour de l'ancien régime. Dans chaque commune un corps de chasseurs de bois fut créé.

Quand les gibets ne pûrent plus suffire pour les exécutions massives, Richepance eût recours à la déportation sur les côtes inhabitées d'Amérique du Sud et dans les bagnes de Brest.

Après la mort de Richepance, la répression sera encore plus féroce. Les nègres  qui se laissaient prendre étaient brûlés vifs sur les places publiques . Au total c'est environ 10 000  guadeloupéens d'origine africaine qui, en quelques mois, furent tués dans les combats et la répression.

Mai 1998 
150 eme anniversaire
de l'Abolition de l'Esclavage.

Etude conduite sous le direction de Léonce Lebrun, Président du Relais de Goréé

RELAIS DE GORÉE... Commissions - Histoire - Mémoire - Souvenir-

-Nous n'avons pas vocation pour oublierLéonce LEBRUN

Bibliographie /

Théodore CANOT  Confessions d'un négrier -1820- 1840)
Petite Bibliothèque Payot, 1993

Aimé CESAIRE/
Toussaint Louverture, La révolution française et le problème colonial
Présence Africaine - Paris 1981-

Jean Michel DEVEAU   La France au temps des négriers, 1994.

Michel FABRE  Esclaves et planteurs dans le Sud américainau XIXe siècle.
Julliard collection Archives, 1978


Abbé GREGOIRE  De la littérature des nègres
Maradan - Paris 1808

Réédition Perrin - Paris 1991

Père LABAT  Voyages aux Isles de l'Amérique , 1693-1705
réédition Les Libraires Associés - Paris 1956

Philippe PARAIRE  Les Noirs américains depuis le temps de l'esclavage
coll.  La vie privée des hommes  Hachette-Jeunesse, 1992

Philippe PARAIRE  Les Noirs américains - généalogie d'une exclusion
coll. Pluriel Hachette - Paris 1993

Germain SAINT RUF  L'épopée Delgrés, la Guadeloupe sous la révolution française 1789-1802, L'Harmattan, Paris 1977

Louis SALA-MOLINS  Les misères des Lumières, sous la Raison, l'outrage
Robert Laffont 1992

Complément de Bibliographie

 

Additional information

viagra bitcoin buy