MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Présidentiable

 

Vous avez dit assimilation ;

Vous avez dit intégration.

Ils sont venus, ils sont tous là, il y a même l'exilé de Bruxelles, Jacques, qui est devenu un fils maudit, depuis qu'il a refusé de s'embarquer pour la grande course élyséenne.

Oui, ils sont tous là, Edouard, Jacques, Charles, Valéry, Pierre, Arlette, Simone, etc…, il y en aura d'autres,or déjà, l'observateur averti, aura relevé au passage qu'ils sont " toutes " et " tous " des européens.

Mais pourquoi dans cette galère, ne prend place aucun caribéen, ni de guyanais, voire même de réunionnais.

Ces femmes et ces hommes que l'on dit "français" sont-ils si incapables, au point de ne pas être en mesure de mettre en avant, une ou plusieurs candidatures susceptibles de briguer les suffrages, de ces 40 millions d'électeurs du printemps prochain.

Que nous prenions part, à titre personnel ou non au scrutin, soulever cette question c'est poser le problème de la dignité de notre Race et de nos communautés dans ce pays, sans animosité, mais avec courage et fermeté.

Tous les 7 ans, depuis 1962, le peuple français a rendez-vous avec son Histoire, sa politique, son avenir, et, j'ajouterai,… sa culture.

Oui, par sa culture, ce peuple n'accordera ses faveurs, qu'aux femmes et aux hommes qui font partie intégrante de ses traditions, pour ne pas en rajouter davantage, laissant le soin aux auditeurs de réfléchir.

Toutefois, il va s'en dire que nous, caribéens, guyanais, réunionnais, avons notre Histoire, nos traditions, et c'est tant mieux ainsi, pour nous en référer avec intelligence.

Léonce Lebrun

Additional information