Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer    la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants, par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’esclavage à la Guadeloupe, une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque, malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804;

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Kenya

 

 

Géographie 

 
État d’Afrique orientale ,le Kenya se compose de hautes chaînes de montagnes ne laissant qu’une faible place, au Sud-Est, à une plaine côtière qui fait face à l’océan Indien.
La vallée du Rift forme l’épine dorsale du pays. Le mont Kenya, qui culmine à 5199 m, est le deuxième sommet d’Afrique.
 L’Ouest est occupé par un plateau vallonné, s’étendant du Soudan à la Tanzanie Le fleuve le plus important est le Tana. La capitale du Kenya est Nairobi Le climat de la côte , Mombasa est chaud et ensoleillé, celui des hauteurs Nairobi plus tempéré.

Traversé parl’Equateur, le Kenya se situe dans l’est du continent africain et a pour pays voisins, au nord le Soudan du Sud et l'Éthiopie, à l'est la Somalie, au sud la Tanzanie et à l'ouest l'Ouganda.


Il est bordé, à l'est, par l'océan Indien sur 536 km et a une superficie de 582646 km2.

 

Son point culminant est le mont Kenya avec 5 199 m d'altitude tandis que son plus long cours d'eau est le fleuve Tana avec une longueur de 700 km.

 

L'altitude croit selon un pendage faible et régulier depuis l'océan Indien, au sud-est, jusqu'à la chaine des monts Aberdare avant de décroitre en direction de l'ouest et du nord.

 

Le pays est traversé par le grand rift oriental qui sépare la plaque nubienne à l'ouest, de la plaque somalienne à l'est, et coupe, du sud au nord, le tiers occidental du pays du reste du territoire.

 

La largeur du rift varie entre 45 et 100 km. Si sa profondeur maximale est d'environ 1 510 m au gradin oriental bordant le lac Bogoria , il est difficile de le distinguer du désert avoisinant à hauteur du delta de la rivière Turkwel, lac Turkan.

Dans ce rift, qui comporte un linéament occidental suivant  le 0,2e parallèle sud, se logent plusieurs lacs, du sud au nord , Magadi, Naivasha, Elementaita, Nakuru, Bogoria, Baringo, Turkana .

 

Comparativement aux lacs du rift occidental, ceux du rift oriental ont une profondeur maximale relativement faible avec un maximum de 109 m pour le lac Turkana.

 

Le golfe de Winam constitue la partie ouest du linéament occidental ,appelé rift de Kavirondo.

 

Plusieurs volcans éteints bordent ce rift oriental, du sud au nord , mont Olengarua, mont Oloolkisailie, mont Suswa, mont Longonot, mont Kipipiri, lac Baringo, mont Lopokino.

 

Les mont Londiani, Eldalat et Tinderet barrent l'entrée du rift Kavirondo tandis que les monts Homa, Nyamaji et la caldeira de Rangwe bordent le gradin sud de ce dernier.

 


Les monts, et volcans éteints, Kenya et Elgon, désaxés par rapport au rift oriental, sont aussi les deux plus hauts sommets du pays.

 

Les deux principaux déserts sont le désert de Chalbi qui s'étend à l'est du lac Turkana et se prolonge en Éthiopie et le désert de Nyiri à l'est du lac Magadi.

 

La côte est bordée par plusieurs récifs coralliens qui, ensemble, ont une superficie de 621 km2.

 

Le climat du Kenya est très diversifié. Le littoral et le bassin du lac Victoria ont un climat chaud et humide de type Aw, selon la classification de Köppen.

 

Tandis que le centre a un climat froid et humide de type ET/H et les régions est et nord ont un climat chaud et sec de type BSh.

 

Les périodes les plus sèches vont de décembre à mars et de mai à octobre. L'hiver s'étend de juillet à septembre qui sont des mois plutôt grisâtres.

 

Les températures moyennes les plus basses se situent entre 17 et 19 °C, les plus élevées entre 27 et 29 °C.

 

Les minimums nocturnes enregistrés surviennent en août et septembre avec des températures de l'ordre de 12 °C. Les maximums diurnes peuvent atteindre 37 °C entre décembre et avril.

 

Il y a deux saisons de pluie, la saison des pluies abondante a lieu entre les mois de mars et de mai. Les précipitations les plus importantes se déroulent au mois d'avril, avec 200 mm.

 

Une petite saison pluvieuse survient également en novembre et décembre avec une moyenne de 100 mm et un maximum de 140 mm. Le mois le plus sec est janvier ,entre 48 mm et 79 mm.

Population 

Plusieurs groupes, dont les Kikuyus , 1/5 de la population, cohabitent avec des minorités indiennes, arabes et européennes. Catholiques, protestants et animistes comptent chacun pour environ ¼ de la population.

Celle-ci est très inégalement répartie sur le territoire , les forts peuplements se concentrent sur la côte et aux abords du mont Kenya.

Plus de 3 forts peuplements se concentrent sur la côte et aux abords du mont Kenya. Plus de 3 habitants sur 10 vivent dans les villes, surtout à Nairobi et à Mombasa, le premier port d’Afrique orientale.

L’espérance de vie ne dépasse pas 52 ans pour les hommes et 58 ans pour les femmes. L’une des principales causes de mortalité est le sida.

Le Kenya compte 70 groupes tribaux issus de trois ethnies différents. Le groupe ethnique le plus important est d'origine bantoue ,Kikuyu, Luhya, Meru, Embu.

 

À part presque égale, le groupe d'origine nilotique ,Maasaï, Luo, Kalenjin, Samburu, Pokot, Turkana. Vient ensuite le groupe d'origine couchitique ,Orma, Somali, Borana.

 

Certains groupes, bien que considérés d'origine bantoue, ont une culture mixte ,Kamba, Taita, les tribus swahilies formées par les Mijikenda.

 

Le pays compte aussi des minorités indiennes et européennes issues de la colonisation ,les premiers ayant été enrôlés par les seconds.

 

Il doit aussi faire face à l'exode de populations victimes des conflits en Somalie ou de la guerre civile au Soudan.

 

Les langues officielles sont le swahili et l'anglais . La langue nationale est le swahili  auquel s'ajoutent 51 dialectes ,certains en voie de disparition, protégés et promus par les articles 7.3.a et b de la Constitution.

 

Depuis la rentrée scolaire de janvier 1985, le système éducatif kényan est basé sur un cycle de 8-4-4 débutant à l'âge de 6 ans.

 

8 ans d'enseignement primaire,

4 ans d'enseignement secondaire,

4 ans d'enseignement supérieur,

 

Cependant, certaines écoles internationales emploient le système éducatif britannique pour les enfants âgés entre 2 et 18 ans.

 

L'anglais et le swahili sont enseignés, en même temps, à l'école primaire. Ensuite, l'anglais devient la langue de référence pour l'apprentissage.


Le pays compte sept universités publiques dont la plus ancienne est l'université de Nairobi.

 

50 % de la population sait parler l'anglais, à des degrés divers. La langue anglaise est très présente dans les grands ensembles urbains ,comme Nairobi et Mombasa.

 

En revanche, à la campagne, et dans le monde rural, l'anglais est beaucoup moins présent, au profit du swahili.

 

Si les jeunes ruraux apprennent l'anglais, cette langue devient ensuite moins utile, si le jeune reste à la campagne, et avec les années, il oublie la langue, en perdant son usage, car il parle la langue de son ethnie.

 

En revanche, pour celui qui part pour la ville, ou ailleurs, la langue devient très utile, et de plus, pour communiquer avec d'autres ethnies ,avec le swahili.

Histoire 

Le Portugais Vasco de Gama s’établit dans la région vers 1498. Il est suivi par les Turcs au XVIe siècle et par les Arabes au XVIIe siècle. Les Portugais abandonnent le territoire en 1729.

La côte reste longtemps le lieu du commerce des esclaves, jusqu’à ce que les Anglais l’interdisent en 1897. Ceux-ci en font un protectorat de 1895 à 1920. En 1925,Jomo Kenyatta fonde un parti en faveur de l’indépendance.

À partir de 1952, les révoltes des Mau-Mau , paysans expulsés des grandes exploitations agricoles européennes en raison de la modernisation,  éclatent, mais les Britanniques y répondent par la répression et arrêtent Kenyatta, libéré en 1961.

L’indépendance du pays, dans le cadre du Commonwealth, est proclamée en1963. Kenyatta devient président, jusqu’à sa mort en 1978.

En 1992, des élections présidentielles et législatives multipartistes réélisent le président Arap Moi.

La tension politique et les querelles entre opposants persistent, en dépit de l’accord sur des réformes constitutionnelles conclu en 1997 par le parti au pouvoir et un groupe de députés de l’opposition.

Le nombre de partis politiques passa de 11 à 26 suite à une libéralisation en novembre 1997.
Après une courte victoire aux élections de décembre 1997, le KANU conserva sa majorité parlementaire, et Moi fut à nouveau élu.

Ne pouvant constitutionnellement se représenter en décembre 2002, Moi tenta sans succès de faire de Uhuru Kenyatta, fils du premier président du Kenya, son successeur.

Une coalition disparate de partis d'opposition remporta les élections, et son chef, Mwai Kibaki, ancien vice-président de Moi, fut élu Président à une large majorité.

Allié des États-Unis dans la lutte contre les islamistes de Somalie, dont certains auraient trouvé refuge dans l'est du Kenya début 2007, le pays a connu de graves troubles à la suite de la réélection contestée du président Mwai Kibaki en décembre 2007.

Lors de l'élection présidentielle du 27 décembre 2007, Raila Odinga reçoit un soutien massif dans les provinces de Nyanza, occidentale, de la vallée du Rift et de la côtemais aussi de personnalités emblématiques telle Wangari Maathai.

 

Dans la soirée du 30 décembre 2007, Samuel Kivuitu , qui vient juste d'être reconduit, pour cinq ans, par Kibaki à son poste de président de la commission électorale , déclare Raila Odinga battu par 232 000 voix de différence en faveur du président sortant contrairement aux tendances des derniers résultats enregistrés.

 

Controversée par les observateurs de l'Union européenne qui demande un recomptage des bulletins de vote, cette annonce est immédiatement contestée par le camp de Raila et entraine la plus grande crise de violence survenue au Kenya.

 

Le 28 février 2008, grâce à la médiation de Kofi Annan, l'ancien Secrétaire général des Nations unies, un accord de partage du pouvoir entre le président Kibaki et Raila est signé, et entériné à l'unanimité par le Parlement le 18 mars, pour résoudre la crise.

 

Il se matérialise par la nomination de Raila Odinga au poste de Premier ministre le 13 avril suivant. Quatre jours plus tard, il prête serment et un gouvernement de coalition est constitué.

 

Le 4 août 2010, le texte de réforme de la Constitution, incluant la Charte des droits et libertés, chère à Raila et maintenant soutenu par Kibaki est accepté.

 

Contre la position d'un autre membre influent de l'ODM, le ministre des Hautes études William Ruto soutenu, lui, par l'ex-président Moi, par la majorité des 72,1 % de Kényans ayant participé au référendum populaire ,70 % de votes favorables contre 30 % de défavorables.


La cérémonie publique de promulgation par le président Mwai Kibaki de cette Constitution moderne le 27 août 2010 est entachée par la présence du président soudanais Omar el-Béchir alors qu'il est notifié d'un mandat d'arrêt international par la Cour pénale internationale.

 

Cette invitation, directement adressée par le président Kibaki suscite l'émotion et la réprobation des Kényans, de leur Premier ministre et des parlementaires.

 

Les protestations des Communautés et en particulier celles du président Barack Obama bien que les États-Unis n'aie pas ratifié le statut de Rome et de l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan sont rapides.

 

Faisant suite à l'enlèvement d'une touriste britannique et à l'assassinat de son mari le 11 septembre 2011, à l'enlèvement d'une résidente franco-kényane le 1er octobre et enfin, le 13 octobre, à l’enlèvement de deux volontaires humanitaires espagnoles.

 

Ainsi qu'à l'assassinat de leur chauffeur kényan, des unités militaires des forces armées kényanes entrent en Somalie le 16 octobre à la poursuite des miliciens d'Al-Shabaab.

 

Cependant, Alfred Mutua, le porte-parole du gouvernement déclare, le 26 octobre, que l'opération militaire était planifiée depuis longtemps et que les enlèvements n'ont été qu'une aire de lancement .

 

Pour la première fois des débats présidentiels télévisés sont organisés les 11 et 25 février 2013. Également, pour la première fois, certains bureaux de votes sont équipés pour transmettre électroniquement les résultats vers la commission indépendante IEBC chargée de comptabiliser les résultats des élections générales.

 

Huit candidats ont posé leur candidature lors de l'élection présidentielle du 4 mars 2013. Pour l'emporter au premier tour, un candidat doit réunir au moins 25 % des votes dans au moins 24 comtés différents et 50 % de l'ensemble des votes plus un majorité absolue.

 

Depuis la première élection présidentielle multipartisme de 1992, l'appartenance d'un candidat à tel ou tel groupe tribal a toujours été un élément important dans le choix des électeurs.

 

Uhuru Kenyatta avec son colistier William Ruto sont respectivement Kikuyus et Kalenjins ,premier et quatrième groupe tribal du pays, alors que son adversaire Raila Odinga et son colistier Kalonzo Musyoka sont Luo et Kamba ,troisième et cinquième groupe.

 

Uhuru Kenyatta est déclaré vainqueur dès le premier tour de l'élection du 4 mars 2013 avec 50,07 % des suffrages devant Raila Odinga avec 43,31 %.

 

Ce dernier conteste les élections et, conformément à la possibilité donnée par l'article 140.1 de la Constitution, dépose, en date du 16 mars 2013 une pétition à la Cour suprême.

 

Pour contester la validité du scrutin présidentiel arguant des bourrages d'urnes, les dysfonctionnements du système électronique de transmission vers l'IEBC et l'inorganisation de cette dernière.

 

La Cour rend son jugement le 30 mars suivant en déclarant que  l'élection générale fut libre et impartiale  et que  Uhuru et son colistier Ruto ont été valablement élus  et en publie la version intégrale le 16 avril.

 

Uhuru Kenyatta est investi en tant que 4e président du Kenya le 9 avril 2013. D'emblée, il s'oppose à la demande des députés d'obtenir une augmentation de 60 % de leur salaire.

 

Et réduit le nombre de ministères et secrétariats d’État, de quarante-deux sous la présidence de son prédécesseur, à dix-huit Cinq femmes deviennent ministresdont deux à des postes très importants comme Amina Mohamed aux Affaires étrangères et Raychelle Omano à la Défense.

 

Lors de son discours prononcé lors du Madarak a Day célébration de l'autonomie du pays au 1er juin 1963 du 1er juin 2013, il réaffirme la teneur de la Constitution à propos de la gouvernance des comtés.

 

Rappelle les huit anciens commissaires provinciaux vers d'autres fonctions et met, ainsi, fin aux dissensions entre les gouverneurs et les commissaires.

Lesotho 

Additional information

viagra bitcoin buy