MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme (suite)

 

Ces éternelles questions qui sont posées à la classe politique toutes tendances confondues…

…qu’est ce que le communautarisme…

… en quoi ce mode de rencontre notamment culturel et fraternel peut-il mettre en danger les fondements de cette République version monarchique…

 

…quelles sont ces minorités ethniques qui sont l’objet de cet acharnement politico- médiatique que je subodore être les Africains les Caraïbéens les Maghrébins et autres musulmans(nes) …

 

…ces empêcheurs de tourner-en-rond…

 

…ces descendants du commerce triangulaire, de l’Esclavage et la Colonisation, dont la présence sur le territoire européen français, rappelle à son peuple, des heures sombres peu glorieuses…

 

…mais n’est pas visée la communauté hébraïque, de race indoeuropéenne, hyper organisée de grande solidarité, financièrement solvable et disposant d’énorme influence politique héritéeS des conséquences de la Guerre 1939-1940, malgré le nombre réduit de membres…

 

…à un moindre degré, la colonie arménienne que je connais bien…

 

…les békés de la Martinique, d'origine européenne, descendants des négriers d’antan, quoi que peu nombreux monopolisent toute l’économie du territoire, et vivent en état autarcique…

 

…les expatriées Français installés dans l’ouest du Continent africain, véritables missi dominici, servant de relais au système impérialo-néocoloniailme, ne se mélangent pas avec les autochtones africains.

 

Pour bien cerner cette problématique je vais exposer une affaire qui a concerné deux couples  ,l’une d’origine caraïbéenne et l’autre européenne –souchiste-…

 

Propos d’un membre du couple caraïbéen…

 

… « tu te rends compte Léonce, nous faisons tout pour être agréables et conviviales à nos voisins européens, invitations, offres, de nos spécialités culinaires…

 

… mis voilà depuis des années nous ne connaissons même pas la couleur de la moquette de leur salon… »

 

… « seulement si nous arrêtons ce mode de voisinage ce sont nos enfants qui en souffrirons par mesure de représailles »…

 

En fait c’est une affaire sociétale, dont connaissent des milliers de nos compatriotes, que je lui ai recommandé de s’en sortir de ce guêpier « servito-colonialiste »…

 

… et se rapprocher davantage de nos communautés caraïbéennes qu’il s trouverons de la solidarité, une vraie fraternité une, réelle convivialité…

 

…ai-je fait du communautarisme au sens politique du contexte actuel…

 

…oui, et je l’assume totalement

 

Car dans une société où ça craque de partout, identitaire par là, racisme anti blanc par ci ,la confiance vis-à-vis de nos hôtes européens est mise à rude épreuve…

 

… et ce n’est pas la charge brutale gouvernementale en direction de ses collaborateurs nationaux qui modifiera l’ordre des choses au regard d’une Nature têtue et vindicative….

 

…qu’avec le temps qui passe, les incohérences politiques des uns et la bêtise des autres, le Communautarisme est devenu une doctrine comme le Communisme et le Capitalisme…

 

…que les uns et les autres soutenus par des médias hyper affidés ne pourront pas éradiquer….

 

…vous avez dit listes communautaristes…ah bon …pour la suite.

https://www.youtube.com/watch?v=FGqMMpMkKXs&t=19s

 

Gabon

 

 

Géographie

 
État d’Afrique équatoriale situé sur l’Atlantique, d’une superficie de 267667 km², le Gabon s’étend principalement sur le bassin du fleuve Ogooué. Il est constitué d’une plaine côtière sédimentaire que domine un arrière-pays de plateaux.

Le Gabon est situé en Afrique centrale, à hauteur de l'équateur. Son climat est de type équatorial, chaud et humide, avec une alternance de saisons sèches et de saisons des pluies au cours de l'année.

 

On distingue deux saisons humides ,février-mai, grande saison des pluies et septembre-décembre, petite saison des pluies et deux saisons sèches ,mai-septembre, grande saison sèche et décembre-janvier, petite saison sèche.

 

Les températures moyennes sont comprises entre 21 °C au sud-ouest du pays ,Port-Gentil, Lambaréné, Mouila, Tchibanga, Mayumba, et 27 °C sur la côte et à l'intérieur du pays.

 

Les extrêmes vont de 18 °C à 36 °C. Les précipitations varient de 1 500 mm au nord-est et dans les régions de savane à 3 300 mm au nord-ouest et au sud-ouest. Le taux d'humidité atmosphérique est en moyenne de 85 %, il peut atteindre 100 % en saison des pluies.

 

On distingue trois types de relief

les plaines côtières ,larges de 20 à 300 km, à l'ouest du pays , les plaines et dépressions ,plaines karstiques de la Nyanga et de la Ngounié, plaine de la Lopé, plaines de la région des Lacs , aux alentours de Lambaréné , les deltas maritime et intérieur de l'Ogooué.

les massifs montagneux qui comprennent les monts de Cristal au nord-est de Libreville, le massif du Chaillu au centre ,culminant à 1 020 mètres au mont Milondo, et le massif de Mayombe qui s'étend sur 800 km parallèlement à la côte de l'Atlantique.

 

les plateaux et collines. Le plus grand ensemble de plateaux est localisé au nord-est ,Woleu- Ntem et Ogooué-Ivindo , les plateaux Batéké, à l'est de la province du Haut-Ogooué, présentent un paysage de savane au milieu de la forêt.

 

Selon les estimations, 77 à 85 % du territoire est recouvert par la forêt. Le Gabon possède ainsi le plus fort taux de superficie forestière par habitant en Afrique.

 

La longueur du littoral est de 885 km.

 

Le point culminant du Gabon est le mont Bengoué, 1 070 mètres, 0° 0.960572, 13.681698/57′ 38″ N 13° 40′ 54″ E, dans le nord-est du pays dans la province de l'Ogooué-Ivindo.

 

Le bassin hydrographique de l'Ogooué couvre l'essentiel du territoire gabonais. C'est la raison pour laquelle cinq des neuf provinces administratives portent son nom. L'Ivindo, qui draine le quart nord-est du pays, et la Ngounié en sont les principaux affluents.

Le second bassin versant est celui de la Nyanga, le fleuve le plus méridional du pays. Le troisième est celui du Komo, qui prend source en Guinée équatoriale.

C'est son estuaire, où est installée Libreville, qui a d'abord attiré les Européens au Gabon, plutôt que le delta marécageux de l'Ogooué.

 

La faune et la flore du Gabon sont remarquables car la forêt équatoriale y est encore relativement bien préservée. Un grand nombre d'espèces animales et végétales sont protégées.

 

La biodiversité gabonaise est sans doute l'une des plus élevées de la planète avec  700 espèces d’oiseaux, 98 espèces d’amphibiens, entre 95 et 160 espèces de reptiles, près de 10 000 espèces de plantes, plus de 400 essences forestières et 198 espèces différentes de mammifères.

 

  On y trouve de nombreuses espèces animales rares ,le Pangolin du Gabon, le Picatharte ou endémiques ,Cercopithèque à queue dorée.

 

Le pays est une des réserves de faune les plus variées et les plus importantes d’Afrique , c'est un important refuge pour les Chimpanzés ,dont le nombre est estimé, en 2003, entre 27 000 et 64 000 et les Gorilles ,35 000 recensés en 1983.

 

La  Station d'études des gorilles et chimpanzés  à l'intérieur du Parc national de la Lopé se consacre à leur étude.

 

Il abrite aussi plus de la moitié de la population des éléphants de forêt d'Afrique avec 22 000 individus ,2005, dans le Parc national de Minkébé

Population


La population se partage entre plusieurs groupes ethniques , Fangs, Mpongwés, Mbédés, Punus. La moitié est animiste, les autres religions dominantes sont le catholicisme , environ 40 % de la population et le protestantisme , 10 %.

L’indice de fécondité est de 5 enfants par femme. 60 % de la population vit en zone urbaine. Libreville la capitale, au nord-ouest du pays, sur la côte atlantique, est un important centre d’exportation vers l’Europe.

La langue officielle du Gabon est le français La population y est estimée à 80 % francophone Il s'agit de la plus forte proportion de tous les pays du continent africain.

 

Le Gabon est membre de plein droit de l'Organisation internationale de la francophonie[ de même que de l'Assemblée parlementaire de la francophonie.

 

Avant la Seconde Guerre mondiale très peu de Gabonais avaient appris le français et presque tous ceux qui connaissaient le français travaillaient alors dans l'administration coloniale.

 

Après la guerre, la France introduit l'éducation primaire pour tous dans toutes ses colonies africaines et le recensement de 1960 montre que 47 % des Gabonais de plus de quatorze ans parlent le français alors que seulement 13 % savent lire et écrire dans cette langue.

 

Dans les années 1990, le taux d'alphabétisation atteint environ 60 %. Un tiers des Librevillois ont le français comme langue maternelle.

 

Plus de 10 000 Français vivent au Gabon et la France prédomine dans les relations extérieures du Gabon, économiquement et culturellement parlant.

 

Le Gabon abrite la première station de radio internationale du continent africain, Africa no 1, qui diffuse ses émissions en français. Les émetteurs sont installés à Moyabi, à 600 km au sud de Libreville.

 

Une cinquantaine de langues bantoues ainsi que le baka, langue pygmée, sont pratiquées au Gabon.

 

Le Gabon compte près d'une cinquantaine d'ethnies. Aucune des ethnies gabonaises n'est majoritaire, mais les plus importantes au point de vue numérique sont les Fang ou Ekang, 32 %, les Mpongwè ,sous-groupe Myènè, 15 %, les Obamba ,ou Mbédé ,14 % et les Punu ,12 %.

 

On citera ensuite les Guisir ,ou Échira, les Vili, les Nzebi ,ou Banzebi ou Ndzebi, les Bakota ,ou Kota, Ikota ou Ba-Kota, les Vungu, les Massango ou Massangu, les Téké, les Myènè.

 

D'autres ethnies ne comptent guère que quelques centaines d'individus Culturellement, certaines sont amenées à se fondre progressivement dans la masse et à perdre leur langue et leurs particularités.

 

Il est difficile de donner une liste exhaustive d'ethnies car certaines ne sont que des sous-ensembles d'autres groupes et tout dépend du niveau de détail utilisé.

 

Plusieurs noms ou orthographes peuvent apparaître pour désigner la même ethnie. En effet, le préfixe Ba est souvent la marque du pluriel dans les langues bantoues si bien que  Bapunu  et  Punu  désignent la même ethnie, envisagée au pluriel ou au singulier.

 

On peut aussi trouver une forme plus ou moins francisée du même nom  Punu , et  Pounou  sont un seul et même mot différemment

 

Le Gabon fait partie de la  zone de sous-peuplement  de l'espace Gabon-Congo avec une densité de population très faible ,5,7 hab./km2 contre 37 hab./km2 pour l'ensemble du continent africain, et une fécondité sensiblement inférieure à la moyenne .

 

En 2010 l'indice synthétique de fécondité était de 4,6et le taux de croissance annuelle de 2 %, contre 5,8 et 2,8 % pour l'Afrique subsaharienne.

 

Cette faible fécondité, notamment dans l'est du pays, a été une des raisons de la création du  Centre International de Recherches Médicales de Franceville  en 1979.

 

Le paradoxe de ce pays peu peuplé est que la moitié de sa population vit dans les deux grandes villes ,Libreville et Port-Gentil, ce qui donne au Gabon l'un des plus fort taux d'urbanisation de l'Afrique avec une concentration de peuplement élevée.

 

En comparaison, à l'intérieur du pays, la densité hors agglomération est similaire à celle des pays désertiques sahariens, inférieure à 2 hab./km².

 

Population , 0-14 ans ,42,2 % ,15-64 ans ,54 % , + 65 ans ,3,9 %

 

Taux de migration , 0 % ,en 2007, -0,2 % ,est. 2013

 

L'indicateur sanitaire le plus préoccupant est le taux de mortalité infantile qui s'établit à 51 décès/1000 naissances normales en 2010.

 

Le Programme des Nations Unies pour le développement constate que, parmi les huit objectifs du millénaire, c'est celui qui a le moins progressé

 

La prévalence du SIDA est, à l’instar de l’ensemble de l'Afrique, élevée, avec, en 2012, un taux de 4,1 % de personnes infectées dans la tranche d'âge 15-49 ans. Ce taux est cependant en baisse constante depuis le maximum historique constaté en 2008.

 

L'état sanitaire global du Gabon s’améliore, l'OMS constatant qu' on assiste vraisemblablement à une transition du profil national vers un poids des maladies non transmissibles surpassant celui des maladies transmissibles .

 

Espérance de vie des hommes , 61 ans ,2009

 

Espérance de vie des femmes , 63 ans ,2009

 

Taux de croissance de la population ,1,9 % ,en 2010

 

Taux de natalité brut , 27 ‰ ,en 2009

 

Taux de mortalité brut ,9,14 ‰ ,est. 2011

 

Parmi les objectifs du millénaire, ceux concernant l'éducation , Assurer l'éducation primaire pour tous , promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes , sont en passe d'être atteints.

 

En 2010, le taux net de scolarisation dans le primaire  atteint 94,7 % en 2010 et  l'indice de parité entre sexes  dans l’enseignement primaire  s'établit à 96,7 % ,2005.

 

Le taux global d'alphabétisation de la population est un des plus élevé de la région à 85,4% ,en 2005. En revanche, au niveau secondaire, l'efficacité du système d'enseignement est faible  marqué par des taux de redoublement ,31 % et d’abandons et d’exclusions élevés ,20,1 % de taux d’exclusion.


Histoire

Au XVe siècle, les Portugais installent un comptoir dans le pays habité par les Pygmées. Les marchands européens viennent s’y procurer du bois, de l’ivoire, puis des esclaves, à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Après la signature de contrats avec les rois locaux, l’installation française se concrétise par l’établissement d’un comptoir en 1843, à Fort Aumale. Devenu colonie française en 1886, le Gabon est ensuite intégré au Congo français, de 1889 à 1904.

À partir de 1910, il fait partie de , Afrique équatoriale . La république gabonaise accède à l’indépendance en 1960. Le premier président du pays est LéonM’Ba.

Omar Bongo, qui lui succède en 1968, reste au pouvoir à la suite du scrutin de 1993.

En 1994, l'Affaire Elf éclate en France et ne tarde pas à éclabousser Omar Bongo et son entourage, la FIBA ,French international bank of Africa, banque d'affaire dont la famille Bongo est actionnaire, au même titre que la République du Congo , dont la fille aînée du Président Denis Sassou-Nguesso, Édith, est la seconde épouse d'Omar Bongo, étant mêlée à cette Affaire politico-financière.

 

Le 27 novembre 2005, Omar Bongo Ondimba est réélu avec 79,18 % des suffrages.

 

 L’opposition, avec à sa tête Pierre Mamboundou, dénonce ce scrutin et parle de fraudes massives. Omar Bongo meurt le 8  juin 2009, à l'âge de 73 ans, sans successeur désigné.

 

 

L'intérim est assuré par la présidente du Sénat Rose Francine Rogombé jusqu'à l'élection anticipée de 2009.

 

Le 3 septembre 2009, Ali Bongo Ondimba, ministre de la Défense et fils d'Omar Bongo Ondimba, est élu avec 41,79 % des suffrages exprimés, soit environ 141 000 voix sur un total de 800 000 électeurs inscrits.

 

 Il devance Pierre Mamboundou, crédité de 25,64 % des voix et André Mba Obame le nouveau chef de l'opposition gabonaise et ancien ministre de l'Intérieur.

Gambie

Additional information