MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Saint-Domingue  -pays-

 

A Saint Domingue une première insurrection éclatera en octobre 1790 parmi les mulâtres conduits par Ogé et Chavannes. Elle fut rapidement dispersée par les colons et noyée dans le sang.

Chez les Nègres ce fut l'esclave Bouckman qui, dans la nuit du 22 août 1791, rassemble au cours d'une grande cérémonie vaudou, des milliers de Nègres et appela au soulèvement. Dans la matinée du 23 août ce fut l'insurrection générale

Huit jours après le bilan , deux cents sucreries et six cents caféières détruites, des centaines d'indo- européens massacrés. Il ne reste plus aux indo - européens que le Cap, ville hâtivement transformée en camp retranché et dans l'assaut de laquelle tombera Bouckman.

Alors que les colons arrivent à circonscrire la rébellion à l'Est et au Sud de l'île, émerge au premier rang Toussaint-Louverture Il n'eût de cesse de discipliner la révolte, d'élever son niveau politique, de l'élargir en révolution , avec un seul mot d'ordre , la liberté générale et une devise -vaincre ou mourir pour la liberté- .

En 1793, pour faire face aux colons et pour organiser une armée bien à lui, il traitera avec les espagnols, en guerre contre la France et possesseur de l'autre moitié de l'île.

Les Commissaires de la République, pour écarter le péril des aristocrates feront appellent aux troupes d'esclaves qui tenaient la campagne. Celles-ci écrasèrent les aristocrates qui s'enfuirent par bateaux.

Pour transformer cette alliance de circonstance en un lien durable avec Toussaint- Louverture, Sonthonax proclamera le29 août 1793 l'Abolition de l'Esclavage. Toussaint-Louverture attendra le 25 juin 1794 pour rompre avec les espagnols et se rallier à la Révolution française qui le nommera général de division.

Toussaint-Louverture chasse les espagnols de l'île et devient en avril 1796 le chef deSaint -Domingue. Il signe des traités commerciaux avec le gouvernement américain et rapidement la prospérité revient dans la Grande Ile.

Le Directoire marque le retour de tous les réactionnaires dans l'Assemblée des Cinq-Cents, et Toussaint-Louverture craint alors qu'il ne veuille revenir sur le décret d'abolition de l'Esclavage.

Le 8 Mai 1798, Hédouville, envoyé par le Directoire nantis des pleins pouvoirs, débarque au Cap avec mission de diminuerToussaint-Louverture avant de l'abattre.

Dès son arrivée, il tentera de détruire l'armée de Saint-Domingue, en renvoyant les hommes et en la décapitant. Il tentera de relever de leur fonction les généraux Nègres, ce que n'admettra pas Toussaint-Louverture qui le rembarquera vers la France.

Avec le Consulat, Bonaparte, s'appuyant sur le camp réactionnaire, cherchera à l'approche de la paix d'Amiens 25 mars 1802 à rétablir l'Esclavage à Saint-Domingue. Il enverra, dès janvier 1802, une expédition 54 vaisseaux transportant 23 000 hommes, commandée par son beau-frère, le général Leclerc, mari de Pauline.

Toussaint-Louverture pratiquera la guerre révolutionnaire de mouvements et la politique de la terre brûlée. Leclerc remportera de nombreux succès partiels. Les troupes Nègres feront d'une résistance farouche.

Par exemple, à la crête à Pierrot, Dessalines résistera victorieusement avec 1 200 hommes aux 1200hommes de Leclerc.

Ce qu'il ne pourra obtenir par les armes Leclerc tentera de l'obtenir par la ruse. Il propose un cessez-le-feu à Toussaint-Louverture, lui garantissant que ses officiers conserveraient leurs grades, ses troupes ne seraient pas licenciées et sa garde le suivrait sur celle de ses propriétés où il accepterait de se retirer.

Toussaint-Louverture accepte le 5 mai 1802 et se rend pour négocier chez le général Brunet.

A peine était-il sorti il s'agit du général Brunet, qu'un aide de camp du général Leclerc entre accompagné d'un très grand nombre de grenadiers, qui m'environnèrent, s'emparèrent de moi, me garrottèrent comme un criminel et me conduisirent à bord de la frégate La Créole .

Je réclamai la parole du général Brunet et les promesses qu'il m'avait faites, mais inutilement, je ne le revis plus  Toussaint-Louverture cité par Aimé Césaire . Dans la nuit du 7 au 8 juin 1802.

Toussaint-Louverture fut transféré sur  Le héros ,qui fit voile aussitôt vers la France où il mourut dans un cachot muré du fort de Joux, privé de tous soins médicaux, le 7 avril 1803.

Le sort barbare réservé au général Maurepas édifiera les généraux noirs et mulâtres sur les intentions des français. Ils se rebellèrent et dès que la nouvelle du rétablissement del'Esclavage fut connue, le pays s'embrasa.

Le 5 août 1802, Charles Belair, le général favori de Toussaint-Louverture, leva solennellement le drapeau de la révolte.

Alors la situation se gâtera de manière décisive pour les français. La révolte frappait, la fièvre jaune survint qui frappa plus durement encore et emporta Leclerc en novembre 1802.

Le général Rochambeau qui lui succéda, mena une guerre d'extermination. C'est lui qui organisera des negromachies selon l'expression de Louis Sala Molins , des fêtes au cours desquelles des rebelles étaient jetés à des meutes de chiens dévorateurs .

Enjuin 1803, le coup de grâce ,  la guerre reprenait avec les Anglais dont les escadres bloquèrent les ports de St- Domingue et fournirent des armes aux armées Nègres. Le 19 novembre 1803 Rochambeau, assiégé au Cap, capitulait.
Le corps expéditionnaire ne comptait plus que 3 800 hommes, qui le lendemain quitteront Saint-Domingue à tout jamais. Le général Dessalines proclamera le 1er janvier1804 l'indépendance de l'ex-colonie.
La République Dominicaine

Additional information